ORDRE.NET - L'ordre sans ordres - Order without orders. L'anarchie c'est l'ordre, l'État le désordre.

L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre ; l'État, la guerre de tous contre tous.

Élections fédérales d'octobre 2003 : quel est le moins pire parti ?

QUEL EST LE MOINS PIRE PARTI ?

En vue des élections 2003, analyse et comparaison des programmes des partis, à commencer par ceux qui ont publié leur programme.

pour une présentation des partis et des renseignements, voir là

UDC

PDC

PRD

PS

PLS

Les Verts

TABLEAU RECAPITULATIF
 
 

parti score tendance
UDC +96 / -24 conservateur
PLS +24/-37 centriste
PRD +3/-69 centriste
PDC +6 / -39 autoritaire
PS +12/-286 socialiste
Les Verts -24 socialiste

CONCLUSION GENERALE

Comme prévu, le seul parti potable est l'UDC.

Je viens de voir à la TV qu'une augmentation de 300% de l'impôt sur les alcopops a été massivement votée par le Conseil des Etats, donc aussi bien par des élus PS que PDC, PRD et même UDC. Donc, quand tous ces partis promettent des baisses d'impôts, il vaut mieux rester très méfiant...

EXPLICATIONS

LES SCORES

+3 pur discours libéral (supp. impot.)
+2 tout à fait libéral (baisser les impots)
+1 plutot libéral, ou alors positif dans la situation actuelle
0 bof
-1 plutot pas libéral, ou alors discours flou, vague, blabla, faux ou arrogant
-2 pas libéral du tout (genre pas legaliser le cannabis)
-3 delire fasciste dangereux (genre interdire les armes)

qu'est-ce que j'entends par libéralisme ?

Au sens large, libéralisme dans le sens du dictionnaire, c'est à dire la défense des libertés politiques, économiques et individuelles.

Au sens précis, la définition libérale (enfin, une définition possible) du libéralisme: théorie du Droit ne reconnaissant que le droit négatif de chacun de ne pas subir d'agression sur sa propriété (NAP, principe de non-agression), c'est à dire son corps, ses biens, son argent, le fruit de son travail.

A partir de cette simple définition, le reste découle. L'interdiction des drogues, les impôts, le viol, le meurtre, le vol, le SMIC, le service militaire, etc. sont des agressions et donc violent le Droit.

LE QUIZ / TENDANCE
réponse approximative déduite du programme ou de l'attittude du parti à ce quiz là

UNE CITATION POUR CHAQUE PARTI

pour le PS:

ETRE GOUVERNE
c'est être gardé à vue, inspecté, espionné,dirigé, légiféré, reglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n'ont ni titre ni la science, ni la vertu...
Etre gouverné, c'est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonestré, empêché, réformé, redressé, corrigé. C'est, sous pretexte d'utilité publique, et au nom de l'intérêt général, être mis à contribution, exercé, ranconné, exploité, monopolisé, concusionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résbce, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendié, vexé, traqué, houspillé, assomé, désarmé, garotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale !
Et qu'il y a parmi nous des démocrates qui prétendent que le gouvernement a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, cette ignominie ; des prolétaires qui posent leur candidature à la présidence la République !
Proudhon

pour les Verts:

"Sometimes it is said that man cannot be trusted with the government of himself. Can he, then, be trusted with the government of others?"
Thomas Jefferson

pour l'UDC:

"Mais, nous, nous avons une autre question à nous poser: comment pouvons-nous mettre fin au pillage organisé par l'Etat des citoyennes et des citoyens ainsi que des entreprises? Comment pouvons-nous stopper le constant bradage de notre indépendance et de notre liberté?"
Christoph Blocher

pour le PLS:

"Le PLS n'a de libéral que le nom. "
Enrico Riboni

pour le PDC:

"La communauté est oppression et servitude"
Proudhon

pour le PRD:

"Un brigand voulait délester une voyageuse de mille écus et la violer deux fois. La voyageuse arguait que le brigand n'en avait aucun droit. Ils consultèrent un sage homme, adepte de la Voie du Juste Milieu. Après avoir écouté l'un et l'autre, le sage homme énonça cette Juste sentence: "La justice est toujours dans le Juste Milieu. Bien loin qu'aucun de vous deux n'aie raison, vous ne détenez chacun qu'une part de la vérité, qui se situe entre vos deux positions extrêmes. Aussi, le brigand prendra à la voyageuse cinq cent écus et cinq cent écus seulement, et il la violera une fois et une fois seulement. Telle est la Voie du Juste Milieu."



UDC (Union Democratique du Centre alias Schweizerische Volkspartei, Parti du Peuple Suisse)

source: http://www.udc.ch/index.html?page_id=392&l=3

AGRICULTURE
pas clair. peut s'expliquer par les divergences entre l'UDC agrarienne qui defend les paysans (Vaud),
pronant le protectionnisme agricole, et une UDC plus liberale (Zurich).

FINANCES
L’UDC s’est opposée au gaspillage des deniers publics pour Expo.02 et Swissair.

ce qui est parfaitement vrai. ils etaient le seul gros parti a voter non au parlement.
+3

L’UDC a présenté ces dernières années plusieurs programmes d’économies et elle
a multiplié les propositions de réduction des déficits dans les débats budgétaires.
Plusieurs propositions ont été déposées par l’UDC pour accroître la transparence
des sociétés anonymes, pour protéger les investisseurs, les rentiers et, d’une
manière générale, la propriété privée.
+2

ARTS METIERS TOURISME
L’ UDC se bat pour un allègement des con-traintes qui renchérissent le fonctionnement des entreprises des arts et métiers ainsi que du
tourisme.
+2 ok, mais pkoi pas TOUTES les entreprises.

Dans l’intérêt du tourisme suisse, l’UDC souhaite
le maintien du taux de TVA spécial en faveur de
l’hôtellerie.

+1 car ca veut dire opposition a hausse d'impots. mais sinon il n'y a pas de raison que tout le monde ne beneficie pas de ce taux special.

L’ UDC soutient un régime non bureaucratique
d’autorisations de séjour de courte durée pour la
main-d’oeuvre étrangère dans les branches qui
en ont besoin.

ok, mais pkoi juste courte duree, si la branche a besoin de longue duree ?

L’ UDC mise sur la liberté d’entreprise et sur la responsabilité sociale pour assurer les emplois.
+2

L’ UDC se bat pour un climat fiscal plus favorable aux entreprises
+2

L’ UDC demande que les bénéfices réinvestis
dans l’entreprise soient soumis à un tarif fiscal
réduit.
Il faut renoncer à des prélèvements supplémen-taires
sur les salaires en faveur des assurances
sociales.
+2
Le travail au noir doit être combattu avant tout
par un faible niveau des impôts et taxes ainsi
que par la simplification des procédures adminis-tratives.
+1
excellente logique... mais pourquoi ne pas la suivre jusqu'au bout, chere UDC ? en ABOLISSANT les impots, le travail au noir DISPARAITRAIT
totalement !!!

INTERNATIONAL
empêché jusqu’ici l’adhésion à l’UE.

c'est vrai. il est probable que sans eux on serait deja dans cette merde.
+3

empêché l’adhésion à l’OTAN.
+3
empêché l’adhésion aux accords de Schengen
à n’importe quel prix.
+2
veillé à ce que le peuple puisse encore une fois
se prononcer sur les accords bilatéraux lorsque
les expériences nécessaires auront été faites.
obtenu que l’adhésion à l’ONU soit assortie de
la promesse de respecter la neutralité suisse.
+3 (ils se sont aussi battus, malheureusement sans succes, contre l'adhesion a l'ONU)
mis en bonne voie l’inscription du secret proté-geant
les clients des banques dans la Constitu-tion
fédérale.
+3
L’UDC a en outre demandé au parlement
fédéral que
les dispositions de droit international public ne
soient pas directement appliquées, mais tradui-tes
dans le droit suisse.
le peuple ait le dernier mot concernant les
traités d’Etats.
les accords et traités internationaux cessent de
restreindre les droits du peuple suisse.
+1

EDUCATION
L’UDC réaffirme le principe suivant: les parents
éduquent, les écoles forment.
L’ UDC demande que les performances et le
comportement des élèves soient clairement
appréciés par des notes et des commentaires
écrits.
+1
L’ UDC exige que la violence ne soit pas tolérée
à l’école.
L’UDC exige l’interdiction absolue des cigarettes,
de l’alcool et des drogues à l’école et l’applica-tion
rigoureuse de cette règle.
-1
L’ UDC demande que les enfants de langue
étrangère soient préparés à l’école moyennant
des cours de langue adaptés à leurs facultés,
si nécessaire dans des classes spéciales.
La formation professionnelle ne doit pas être
négligée au profit de la filière gymnasiale.
L’ UDC demande que les hautes écoles spéciali-sées
attribuent des diplômes reconnus sur le
plan international.
L’ UDC demande une concentration de l’offre uni-versitaire
dans l’intérêt de la qualité.
L’UDC demande une meilleure coordination du
degré tertiaire par la réunion des différents
services concernés dans un seul office.

-1 intervention dans un domaine qui devrait etre libre a la concurrence.

ENERGIE

L’UDC exige des conditions-cadres avanta-geuses
pour une production et une acquisition
d’énergie sûres, avantageuses et ménageant
l’environnement.
L’ exploitation de la force hydraulique, source
d’énergie indigène et propre, ne doit pas être
entravée par des exigences écologiques
excessives.
+1
L’UDC soutient l’énergie nucléaire et approuve
aussi le recyclage des éléments combustibles.
L’ UDC souhaite une loi sur le marché de l’électri-cité
comportant des règles qui garantissent
l’approvisionnement et des prix avantageux pour
les arts et métiers, l’industrie et l’agriculture.
L’ UDC souhaite une ouverture modérée et diffé-renciée
du marché du gaz.

+1. ils emettent des restrictions au libre-marche, mais ils soutenaient quand meme la liberalisation (LME)

L’UDC s’oppose à la taxe CO2, aux réformes
fiscales écologiques et à tout nouvel impôt
énergétique.
+2

FAMILLE

La famille doit être soutenue par des conditions-cadres
favorables et bénéficier, notamment, de
privilèges juridiques et fiscaux.

-1

L’ UDC estime que les crèches pour enfants
ne sont pas l’affaire de la Confédération.

+2

Les familles ne doivent pas être soutenues
par des allocations familiales selon le principe
de l’arrosoir, mais par des allègements fiscaux
ciblés en fonction du nombre d’enfants.

-1

L’ UDC veut que chaque famille puisse régler de
sa propre responsabilité la répartition des tâches
en son sein. Elle demande donc la suppression
du bureau de l’égalité et d’autres offices qui
encouragent une réglementation étatique de la
vie familiale.

+3

FINANCES
L’ UDC invite la Confédération à s’imposer une
discipline rigoureuse en matière de dépenses et
à réduire les impôts pour relancer l’économie.
+2
L’ UDC exige la réduction de la dette fédérale
sans augmentation d’impôt.
+2
L’ UDC demande un abaissement annuel des dé-penses
fédérales avec pour objectif de ramener
la quote-part de l’Etat à 10% (niveau de 1990)
jusqu’en 2006.
+2
Les dépenses supplémentaires indispensables
doivent être compensées par des économies ré-elles.
Les excédents de recettes réalisés grâce à la
bonne conjoncture économique doivent être ren-dus
intégralement aux contribuables par le biais
d’une baisse des impôts.
+2

les réserves monétaires excédentaires de la
BNS reviennent à l’AVS;
de nouveaux modèles de prévoyance-vieillesse
soient crées;
l’on cesse d’étendre les prestations sociales
qui ne sont plus supportables financièrement;
l’AVS soit révisée afin d’en garantir la pérennité;
l’AI soit réformée pour mettre fin aux abus et
pour en assurer le financement.

0

IMPOTS

L’ UDC combat tout nouvel impôt, toute nouvelle
redevance et taxe et toute augmentation des
prélèvements obligatoires existants.

+2

L’ UDC demande une baisse substantielle des
impôts fédéraux et la stabilisation de la TVA.

+2

L’UDC se bat pour la baisse des redevances sur
le courant électrique, l’eau et d’autres taxes
prélevées quotidiennement. Lorsqu’une taxe est
prélevée en fonction de la consommation, les
impôts doivent être réduits parallèlement.

+2

Les actes officiels imposés par l’Etat doivent être
gratuits.

+1

L’ UDC est favorable à la concurrence fiscale qui
réduit la charge de l’impôt.

+2

MEDIAS

L’ UDC s’engage pour la diversité de l’offre et des
opinions dans les médias électroniques et dans
la presse écrite.
L’ UDC demande davantage de concurrence
dans le domaine de la radio et la télévision. La
SSR doit se limiter à la desserte de base et les
producteurs privés doivent bénéficier d’un traite-ment
égal.
L’ UDC s’engage en faveur d’un régime publi-citaire
libéral dans l’intérêt de la diversité des
médias et de leur développement.
0.vague.

L’ UDC demande une baisse substantielle des
redevances de réception des programmes radio
et TV.
+1. ici une simple baisse ne merite que 1, car il serait tout a fait normal de privatiser la TV.

SOCIAL

L’ AVS doit être consolidée par les ressources
suivantes:
— au moins les deux tiers du rendement des
réserves d’or, dont la Banque nationale suisse
(BNS) n’a plus besoin pour sa politique moné-taire,
doivent revenir à l’AVS.
— le produit du pour-cent supplémentaire de TVA
prélevé depuis 1999 doit être utilisé intégrale-ment
pour l’AVS; ce principe inscrit dans la
Constitution fédérale n’a pas été respecté jus-qu’ici.
—réintroduction du privilège en cas de faillite
— âge de la retraite à 65 ans pour les femmes et
les hommes
— assouplissement de la limite d’âge sans coût
supplémentaire pour l’AVS
— adaptation des rentes de veuves aux rentes de
veufs
— adaptation des rentes tous les trois ans seule-ment
L’UDC s’engage pour la consolidation des
oeuvres sociales sans augmentation des impôts.
Elle combat donc toute augmentation des
prestations.
L’UDC demande une meilleure collaboration des
différentes assurances sociales. Les procédures
doivent être harmonisées.
L’ UDC demande que la lutte contre les abus
soit renforcée pour décharger les assurances
sociales.

-1

L’UDC mise sur la responsabilité individuelle
en matière de prévoyance-vieillesse grâce à l’en-couragement
du 2 e et du 3 e pilier.
+1

L’UDC s’engage à donner des conditions-cadres
optimales à l’économie afin de lui permettre de
créer des emplois; c’est plus utile que d’étendre
l’assurance-chômage. Le prélèvement sur les
salaires pour l’assurance-chômage doit être pro-gressivement
réduit.

+1

L’assurance-invalidité ne doit pas devenir une
institution d’aide sociale. L’AI doit redevenir une
assurance intervenant en faveur de ses assurés
qui, en raison d’une invalidité, sont frappés
d’une incapacité totale ou partielle de travailler.

+1

ASILE

L’ UDC demande que le tourisme des requérants
d’asile soit combattu par
— une surveillance plus efficace des frontières;
— le refus d’entrer en matière sur des demandes
d’asile déposées par des personnes arrivant
de pays sûrs (la dite «réglementation de l’Etat
tiers»);
— le placement des requérants d’asile dans des
abris collectifs dans l’attente de la décision des
autorités et de l’exécution de cette décision;
—l’exécution rigoureuse et rapide des décisions.
L’ UDC demande que la procédure d’asile soit
accélérée par
— un raccourcissement des délais pour les
procédures, les recours et les réévaluations;
—par la recherche de papiers avec l’aide de
la Confédération dès la décision de première
instance connue.

-1

L’ UDC demande donc que les requérants d’asile
criminels soient immédiatement expulsés, voire
internés jusqu’à leur expulsion.

+1

L’ UDC demande l’abaissement des coûts de
l’asile par une plus grande efficacité à tous les
niveaux et par la fixation d’un standard d’assis-tance
applicable dans toute la Suisse.

0

SANTE

pas tres clair, mais ils avaient ete les seuls a s'opposer a la catastrophique LAMAL, ce qui merite bien un
+2

ETRANGERS
L’ UDC demande que la proportion d’étrangers
vivant en Suisse soit effectivement abaissée par
les mesures suivantes:
— ne pas accorder d’autorisations de séjour
illimitées à des travailleurs provenant de pays
non membres de l’UE;

-2 un peu raciste, et etonnant de la part d'une UDC anti-UE

—prolonger le délai d’attente pour le
regroupement familial;
— exclure le regroupement familial pour les travail-leurs
au bénéfice d’une autorisation de courte
durée et pour la main-d’oeuvre saisonnière;
— lutter sévèrement contre les mariages fictifs;
— ne pas accueillir des réfugiés économiques.

-1

L’ UDC demande qu’il n’y ait pas de négociation
sur la libre circulation des personnes avant 2009
avec les futurs membres de l’UE.

0

L’UDC refuse le droit de vote et d’éligibilité aux
étrangers.
+1

L’ UDC demande que l’attribution de la citoyen-neté
suisse soit soumise à des règles claires:
— une personne demandant la naturalisation doit
être au bénéfice d’une autorisation de séjour
illimitée, doit prouver par un examen qu’elle a
des connaissances suffisantes d’une langue
nationale et renoncera à sa nationalité précé-dente;
-1

— le recours judiciaire contre un refus de la natu-ralisation
est exclu;
—le choix de la procédure communale appartient
à la commune;
—la naturalisation automatique est exclue (non
au ius soli).

+1

POLITIQUE EXTERIEURE
L’ UDC demande une politique extérieure ouverte
au monde entier qui vise à défendre les intérêts
de la Suisse et de son économie dans le
commerce mondial.
L’ UDC combat l’adhésion de la Suisse à l’UE.
La demande d’adhésion doit être enfin retirée.
+3
L’ UDC demande un moratoire pour les négocia-tions
bilatérales avec l’UE sur de nouveaux
dossiers et s’oppose à l’extension de la libre
circulation des personnes aux nouveaux pays
membres de l’UE jusqu’à l’éventuel vote
référendaire de 2009.
L’UDC rejette l’adhésion aux conventions de
Schengen et de Dublin.
+3
L’UDC s’engage en faveur de la place financière
suisse et demande l’inscription du secret proté-geant
les clients des banques dans la Constitu-tion
fédérale.
+3
L’ UDC demande que les citoyennes et citoyens
puissent participer davantage à la conclusion
d’accords internationaux et exige donc l’exten-sion
de référendum en matière de traités inter-nationaux.
+1

RECHERCHE ET TECHNOLOGIE
L’UDC s’engage en faveur de la recherche
scientifique en Suisse et présente les exigences
suivantes:
— la recherche doit être orientée sur l’économie
et la pratique.
— les centres de recherche doivent collaborer
étroitement pour éviter les doubles emplois et
économiser des frais.
—les moyens financiers consacrés à la recher-che
doivent être en priorité engagés en Suisse.
— les projets cofinancés par l’économie doivent
profiter plus largement des crédits publics à la
recherche.
— les investissements dans la recherche et la
formation doivent bénéficier de privilèges
fiscaux généreux.
— les chercheurs des universités et des hautes
écoles professionnelles doivent participer aux
résultats financiers de leurs recherches.
L’ UDC souhaite une recherche basée sur la
responsabilité humaine, notamment dans le do-maine
de la génétique et des cellules-souches.
L’ UDC s’engage en faveur du libre
développement des nouvelles technologies.
L’UDC refuse de gaspiller l’argent des contribua-bles
dans l’encouragement de la mise en réseau
électronique.
+1

SANTE PUBLIQUE
L’ UDC vise avec son initiative populaire «pour
baisser les primes d’assurance-maladie»
une diminution des primes.
+1
L’ UDC demande un modèle à deux échelons
pour l’assurance-maladie, soit une assurance
de base obligatoire allégée et une assurance
complémentaire facultative.
0
L’ UDC combat l’étatisation rampante de la santé
publique et demande davantage de concurrence
afin de réduire les coûts tout en accroissant la
qualité des prestations.
+2
L’UDC refuse l’euthanasie active et se prononce
pour le renforcement de la médecine palliative
afin de soigner et d’accompagner les personnes
atteintes d’un mal incurable et mourantes.
-2
L’UDC rejette résolument la libéralisation des
drogues dures et douces.
-2

SECURITE
L’ UDC demande la création d’un département
fédéral de la sécurité.
-2
L’UDC refuse la création d’une police fédérale et
demande que la coopération policière intercan-tonale
par le biais des concordats soit améliorée.
+1
L’UDC s’engage en faveur d’une armée de milice
moderne, performante et crédible, une armée
capable de défendre la liberté, l’indépendance
et la neutralité.
-3 soutien a l'armee obligatoire
La défense nationale est la tâche prioritaire
de l’armée.
+1
L’UDC rejette l’adhésion de la Suisse à des
pactes militaires comme l’OTAN.
+2
L’UDC demande le respect des droits démocrati-ques
avant que des décisions importantes et
irréversibles soient prises en politique de sécurité.
L’ UDC demande l’intervention sévère de la police
contre toute forme de criminalité, mais aussi
contre des manifestants violents, des trafiquants
de drogues et des vandales.
-1
Les agressions contre des personnes en service
public doivent être considérées comme des
délits poursuivis d’office.
L’UDC demande l’internement à vie pour les
délinquants sexuels ou violents jugés très
dangereux et non amendables et notamment
pour les récidivistes. Pour les récidivistes, une
libération anticipée sur la base d’une expertise
psychiatrique est exclue.
+1
Les criminels étrangers doivent purger leur peine
dans leur pays d’origine. L’UDC demande que la
Suisse conclue des accords allant dans ce sens
et les applique.
-1

SOCIETE ET ETAT

L’ UDC veut que les deux sexes et les généra-tions
agissent en partenaires sans intervention
de l’Etat.
+2
L’UDC s’engage pour un Etat exempt de dettes
et performant dans lequel les jeunes peuvent
développer leurs propres perspectives d’avenir
sans avoir à assumer les charges laissées par les
anciens.
+1
L’ UDC veut que le potentiel de chaque
génération soit exploité.
L’ UDC demande une déduction fiscale équitable
en faveur des rentiers AVS ayant un petit revenu.

SPORT ET CULTURE
L’UDC s’engage pour une éducation sportive
dans les écoles.
-1
L’ UDC approuve l’encouragement des sportifs
talentueux par un programme de formation
combinant l’enseignement scolaire et l’éducation
sportive.
0
L’UDC veut un sport sans dopage et demande
une action rigoureuse contre les hooligans et les
vandales.
0
L’ UDC mise sur la culture populaire vivante. Elle
rejette le soutien étatique excessif à la culture.
+2 (ya juste le excessif qui me gêne)

TRANSPORTS
L’ UDC défend le libre choix du moyen de
transport et rejette les mesures chicanières
prises contre le trafic routier.
+2
L’ UDC demande l’extension du réseau actuel
des routes nationales et des routes principales.
La planification et la construction d’un deuxième
tunnel routier au St-Gothard doivent être
entreprises immédiatement.
L’UDC rejette une hausse des impôts sur les
carburants (impôt sur les huiles minérales et sur-taxe)
et demande que les provisions accumulées
jusqu’ici — plus de 3,5 milliards de francs
actuellement — soient versées dans un fonds et
utilisées à des fins routières conformément à leur
affectation légale.
+2
L’UDC s’oppose à l’introduction de nouvelles
taxes d’incitation comme les péages routiers
(road-pricing).
hmm si ca pouvait faire baisser les impots...-1
L’UDC s’oppose à des subventions mal adap-tées
visant à transférer le trafic de la route au rail.
Ces projets doivent être conçus de manière réa-liste
et conformément aux lois de la concurrence.
L’ UDC s’oppose à ce que la Suisse devienne
un vaste parking pour les camions européens.
Elle demande que le dosage du trafic lourd
intervienne dès la frontière.
L’ UDC demande l’ouverture de nouvelles négo-ciations
avec l’UE sur les transports terrestres.
L’ UDC demande la réalisation d’une infrastruc-ture
aéroportuaire concurrentielle en Suisse.
-1

CONCLUSION

score: +96 / -24

quiz: arrivent clairement dans conservateur dans mon quiz.

points forts:
- opposition à l'UE, l'ONU, l'OTAN, Schengen, Dublin, favorable à la neutralité et à l'indépendance de la Suisse.
- baisse d'impôts
- libre-entreprise et opposition à l'intervention de l'Etat dans l'économie

points faibles
- opposition à la légalisation des drogues, de l'euthanasie et de l'avortement
- soutien à l'armée de milice
- soutien à certaines "oeuvres sociales", comme l'AVS


PDC (Parti Démocrate Chrétien)

source: http://www.pdc.ch/francais/pdf/Gemeinschaft-Schweiz.pdf

ça commence mal:
une couleur aggressive. les slogans
„Communauté suisse“ débile -1
"le parti suisse" débile, idiot, dénué de tout sens -1
suit un blabla ridicule sur "les extrêmes" (entendez, le PS et l'UDC)
-1
et des conneries du genre
"L’égoïsme et l’individualisme nuisent à la solidarité et appauvrissent la société."
-1

"Notre ambition est le
renouvellement du contrat entre les générations,

entendez: système de retraite par le jeu de l'avion.
-1

une économie de marché
novatrice, performante et sociale,"
entendez: une économie semi-socialiste basée sur un Etat fort
-1
Nous nous battons pour une véritable politique familiale en exigeant l’allègement
sensible des charges incombant aux parents.
entendez: et pas aux célibataires. mais une baisse d'impôts reste une baisse d'impôts.
+1

Nous nous battons pour le renouveau d’une économie de marché qui assume
pleinement sa responsabilité sociale, la garantie du service public,

entendez: une économie semi-socialiste où on encourage les mauvais gestionnaires,
avec l'argent des impôts, comme dans le cas de Swissair. -2

l’encouragement
de l’innovation et le soutien des PME. Nous voulons une administration efficace,
sans bureaucratie. Les procédures doivent être simplifiées. Ainsi, nous préparons la
voie à une véritable „économie de l’innovation“ génératrice de nouveaux emplois.

blabla mais on sent une bonne intention. +1

Nous nous battons pour une immigration mieux contrôlée et une meilleure
intégration des étrangers. L’abus de notre hospitalité doit être sanctionné. Nous
voulons offrir, dans notre pays, la sécurité pour tous, Suisses et étrangers.

remarquez le beau collectivisme. tout le texte est en nous, on aurait pu s'en douter
avec cette histoire douteuse de "communauté". dans ce paragraphe, 3 nous et 2 notre
en 3 lignes, avec la confusion collectiviste que cela implique. l'hospitalité de qui ?
le pays de qui ?
-1 pour le collectivisme.

"Nous sommes le parti des familles." (le en gras)
-1 pour l'arrogance

Nous plaçons les besoins des enfants, des jeunes, des parents et grands- parents
au coeur de notre politique familiale.

encore une fois, c'est pas de bol pour les célibataires hein ?
-2

C’est dans cette petite entité que
doivent se développer les bases d’une „communauté suisse“ forte et
responsable.

blabla. -1

Nous voulons investir sans attendre dans la famille et la jeune génération. Nous
nous engageons par conséquent pour le renouvellement des générations,
défi majeur de notre société.

ce qui veut dire ? politique nataliste ? -1

Nous voulons de meilleures allocations familiales et mettons en
place une assurance maternité.

aha ! socialisme ! -2

"Communauté: Nous plaçons l’idée de la communauté au centre, que ce soit
dans notre parti, dans la société ou dans la famille. Nous estimons que l’idée
de communauté est supérieure à l’individualisme."
sic, sic et resic. -3

"Nous sommes le parti des PME." (le en gras)
-1 pour l'arrogance.

Nous nous opposons à la
vente des entreprises qui ont valeur d’infrastructures essentielles. Seules les
libéralisations vraiment utiles à la population peuvent être approuvées.
donc il y a des cas où il est "utile" de voler la population pour lui offrir un service
ou forcer la population à utiliser un service de l'Etat ? -2

Nous demandons une administration efficace, sans bureaucratie, favorisant
l’innovation.

+1

Innovation: Nous misons sur l’innovation, moteur de la croissance. La
compétitivité, l’ouverture stimulent l’innovation.

blabla -1

? Formation: Nous voulons donner à notre population la capacité d’innover et
soutenons la formation continue. Le savoir- faire est notre matière première la
plus précieuse.

blabla -1

? Allégements: Nous voulons alléger les charges des entreprises et celles des
privés.

+1

Nous préconisons la stabilisation des impôts et des taxes

stabilisation et non baisse ? -2

et
demandons de réduire la bureaucratie.

+1

Nous voulons donner plus de temps à
l’économie pour concevoir et créer - et moins pour administrer.

+1

? Service public garanti: Nous maintenons des infrastructures performantes
sur l’ensemble du territoire et des prestations de qualité à des prix
abordables pour tout le monde. Nous approuvons que des entreprises de
droit privé fournissent des prestations sur la base de contrats mais refusons
que l’Etat se retire totalement des infrastructures.

-1

? Loyauté et crédibilité: Nous combattons les abus dans l’économie. Nous
demandons une plus grande transparence et une meilleure protection des
investisseurs. Nous sommes en faveur d’un rééquilibrage des objectifs
sociaux et de protection de la nature par rapport aux objectifs purement
financiers.

-1

Nous sommes le parti qui résout les problèmes relevant de la politique à l’égard des
étrangers. (le en gras)

arrogance -1. faux car Ruth Metzler est du PDC et s'en occupe et résout rien du tout.
-1

Nous veillons à ce que, dans notre pays, les échanges entre les différentes
communautés soient à nouveau considérés comme une chance - et non comme une
menace. Les positions idéologiques extrêmes déclenchent en revanche tension et
instabilité.

blabla -1

La „communauté suisse“ a besoin de main- d’oeuvre étrangère;

qui a besoin de quoi ? -1

nous offrons travail,
revenu et protection. Nous attendons d’eux qu’ils respectent nos lois, qu’ils fassent un
effort d’intégration. Un séjour prolongé en Suisse doit être lié à ces démarches

c'est qui nous ? -1

En raison de la libre circulation des personnes avec l’Union européenne, les
ressortissants de ces pays sont dans une situation privilégiée. Nous voulons contrôler
l’immigration des personnes provenant de pays non membres de l’UE.

même racisme que chez l'UDC. -1

Face aux abus, nous appliquons la „tolérance zéro“.

ben voyons. -1

Nous sommes le parti des familles, le parti des PME, le parti qui
résout les problèmes relevant de la politique à l’égard des
étrangers.

arrogant. -1
faux -1

Notre „communauté suisse“ repose sur une vision claire avec
des règles du jeu loyales pour les gens qui la composent.

collectiviste -1
faux -1

Seul « le parti suisse » réalise cette vision.

arrogant -1
faux -1



CONCLUSION

score: +6 / -39

quiz: autoritaire

Une logique collectiviste du début à la fin. Un nous qui veut dire alternativement "la nation suisse" et "le PDC",
ce qui crée la confusion entre le parti, l'Etat, la nation. un blabla arrogant, prétentieux,agressif.

Sur leur histoire de communauté:

"La communauté est oppression et servitude"
Proudhon

points forts:
- aucun

points faibles:
- logique collectiviste
- flou et arrogance
- pas grand chose de concret.
- promet des choses que de toute évidence il aurait pu réaliser s'il le voulait vraiment, étant au pouvoir.



PRD (Parti Radical Démocratique)

source:

Liberté et responsabilité.

slogan libéral..+1....

Pour une Suisse forte.

...suivi d'un slogan national-étatiste qui ne veut pas dire grand chose -1

Des décennies de croissance économique ont assuré à la Suisse bien-être et sécurité sociale.

c'est plutôt le socialisme qui assure la sécurité sociale, pas un fait économique.

Des millions de personnes ont mis toutes leurs forces et toute leur intelligence pour construire un pays qui n’a rien à envier aux autres.
La protection de la sphère privée, le haut standard de vie, l’étendue des libertés, une fiscalité modeste,
l’excellence des conditions de formation, le développement des réseaux routier et ferroviaire et des aéroports,
l’équilibre des finances fédérales, la sécurité des œuvres sociales, voilà des acquis parmi d’autres qui distinguent
notre pays et qui attestent de nos capacités à accepter les changements et à agir en conséquence.

... une belle liste de choses que le PRD n'a PAS faites... -2. assez blabla pour le reste.

Depuis 1848, date à laquelle fut fondé l’Etat fédéral, des citoyennes et citoyens perspicaces ont su faire preuve de raison,
ouvrir le pays et ses marchés, donner à la Suisse un ordre juridique solide, stable et fiable et instituer des normes
démocratiques dont nous profitons encore aujourd’hui.

oui et alors ?

Les conditions permettent aux citoyen-ne-s de s’épanouir et de prospérer.
Les radicaux ont toujours manifesté leur volonté de développer ce modèle d’une Suisse prospère.

non. -1

Il n’est pas écrit dans les étoiles que ce modèle puisse être maintenu sans autre. Notre pays se trouve à une croisée de chemins.

ah bon ? -1

Les forces qui, pour des raisons idéologiques ou de recherche du pouvoir politique, prennent trop facilement en compte
son affaiblissement et qui ne respectent guère les intérêts de ses citoyen-ne-s, ne sauraient prendre une suprématie quelconque.

?? -1

Nous ne pouvons ni ne voulons accepter que l’on bafoue les valeurs qui ont fait de la Suisse ce qu’elle est.

tiens, pourtant c'est ce que le PRD ne cesse de faire: indépendance, neutralité, libéralisme, c'est pas des valeurs
qui ont fait la Suisse peut-être ?

Ce danger vient de deux côtés à la fois :
Le danger socialo-conservateur
La liberté et la responsabilité personnelle font partie des valeurs fondamentales de notre société suisse.
La constitution fédérale dit : « Tout être humain a droit à la liberté personnelle »1 et « Toute personne est responsable
d’elle-même et contribue selon ses forces à l’accomplissement des tâches de l’Etat et de la société » 2.

... et donc ?

Les mouvements socialo-conservateurs, comme une partie des socialistes, visent à affaiblir le principe de liberté.
On cherche à mettre toujours davantage les citoyen-ne-s sous tutelle et à limiter leur liberté de choix.

"on" ? ah oui, ils parlent d'eux mêmes ! -1

On voudrait freiner leur mobilité jusqu’à prévoir de réduire de moitié le trafic motorisé. On cherche à introduire
des interdictions et des interdictions cachées sous forme de moratoires.

encore le programme du PRD ? -1. bien sûr, ce "on" est censé désigner le PS. mais le petit détail, c'est
que c'est exactement ce que fait aussi le PRD, dans les faits. hypocrisie ?

On veut dire aux citoyen-ne-s
quelles sont les propagandes en vue des votations qui sont vraies et celles qui ne le sont pas.

?? -1

Ces mouvements socialo-conservateurs sont prêts à renoncer au principe de la responsabilité personnelle.

non ? ils parlent toujours d'eux mêmes ou quoi ? -1

On cherche à faire sans mesure des cadeaux dans un système de plus grande répartition et, par exemple,
à doubler le taux de la TVA,

voilà l'exemple parfait: accuser le PS ou je ne sais-qui de vouloir doubler le taux de la TVA, alors que le
PRD est en faveur de l'UE et qu'une adhésion à l'UE implique un doublement de la TVA !! donc, le PRD
atteint des sommets d'hypocrisie encore pires que le PS: accuser les autres de vouloir doubler la TVA
tout en y étant favorable !! -2

sans se préoccuper du fait que la charge fiscale de la classe moyenne atteint
déjà des sommets intolérables.

grâce au PRD ! -2

On cherche à réglementer de manière exagérée le marché du travail en
empêchant par là la création de nouveaux emplois. On veut d’innombrables programmes de relance et
on est disposé à accepter pour cela que la Confédération fasse des milliards de déficits.

oui, décidément il n'y a plus de doute: le on désigne bien le PRD ! -1

On veut
une politique qui bannisse la pharmacologie de la région de Bâle, la biotechnologie de l’arc lémanique
et les banques de Zurich, Genève et Lugano. Ces positions sont inadmissibles et nous les combattons.

ces positions sont inadmissibles ET NOUS LES DEFENDONS ! -1

Un patriotisme ouvert sur le monde, la tolérance, la tradition et la volonté de réforme marquent la Suisse.

? réforme de quoi vers quoi ?

Des mouvements conservateurs, comme certains membres de l’UDC, veulent isoler notre pays.

ben voyons... ils reprennent le discours bidon de la gauche, ouverture contre isolement. dans cette novlangue-ci,
vouloir adhérer a un super-Etat socialiste c'est faire preuve d'ouverture, vouloir préserver un pays libéral
et indépendant c'est vouloir l'isolement. -2

Pour elles, tout changement est l’œuvre du diable. On ne voit dans l’ouverture réciproque des marchés que des inconvénients
et on s’est même opposé aux accords bilatéraux,

mais bon sang c'est qui ce ON ? le PRD ferait mieux d'arrêter de parler comme un gamin.-1
et depuis quand l'UE c'est l'ouverture des marchés ?? que je sache, l'UDC ne s'oppose pas à ce que la Suisse
soit dans l'AELE (Accord Européen de Libre-Echange). quant aux accord bilateraux, ils ne concernaient de loin
pas que la libre-circulation des biens. -1

bien que l’économie suisse gagne un franc sur deux à l’extérieur.

et donc ? ah oui c'est le vieil argument bidon: on fait du commerce avec la Chine, DONC on doit devenir
communiste et intégrer la République Populaire.

Au lieu de se préoccuper des intérêts du pays, on fait du statu quo un principe supérieur au point que toute volonté de changement devient suspecte.

bon, j'enlève un pour chauque ON. -1

Ces mouvements conservateurs tentent d’affaiblir les institutions politiques de la Suisse.

terrifiant ! -1

On veut bâillonner le Conseil fédéral, il ne pourra plus donner de recommandations sur les initiatives populaires.

quelle horreur ! mais comment va-t-on savoir quoi voter alors ? -1

On se plaint sans cesse de l’incurie des forces politiques responsables en place, pour attiser morosité et mauvaise humeur.

-1

On impose des modes de pensée sectaires et des muselières. Nous rejetons cette manière d’agir pour la Suisse.

-1. mensonges ! le PRD était le premier à soutenir la loi anti-raciste ! -1

Participer aux élections, un acte toujours plus important

ça dépend pour qui. -1

Nous ne pouvons ni ne voulons admettre que ces mouvements s’arrangent pour obtenir des majorités au Parlement et bloquent ainsi notre pays.

tiens, un nous ! donc le PRD ce serait NOUS et les autres ce serait ON ? j'aime bien leur définition de gagner démocratiquement des élections:
"s'arranger pour obtenir des majorités au Parlement". -1

Quelques exemples montrent où cela peut nous conduire. Une telle alliance contre nature a failli faire supprimer le budget d’acquisition d’équipements de l’armée.

failli, malheusement. -2

Une telle alliance ne se soucie en rien de la sécurité de nos œuvres sociales. Nous leurs opposons notre libéralisme qui a fait ses preuves.

hahaha. encore des mensonges. si le PRD défendait le libéralisme, ça se saurait: avec l'UDC, il aurait pu faire baisser les impôts et on n'en serait pas là.
le PRD a un pouvoir suffisant, notamment au Conseil des Etats, pour avoir pu bloquer toutes les avancées socialistes de ces 100 dernières années.
il ne l'a pas fait, les a soutenues au contraire.dilapider l'argent volé aux contribuables pour Expo.02 ou Swissair, c'est du libéralisme peut-être ?
soutenir des oeuvres socialistes comme la Fondation Suisse Solidaire ou l'URSE, ne JAMAIS défendre les libertés personnelles,
c'est du libéralisme peut-être ? non mais ils se moquent de qui là ? -2 parce qu'ils sont anti-libéraux et -2 parce qu'ils prétendent être libéraux.

Il fut un temps où les citoyen-ne-s estimaient que les élections ne revêtaient guère d’importance, les votations sur des sujets concrets étant suffisantes.
Nous ne pouvons plus nous permettre une telle situation aujourd’hui. Le Parlement décide en effet de nombreuses affaires de toute première importance.

et c'est là le problème.

Il prend donc une place toujours plus grande.

le PRD constate, mais le PRD est aussi responsable. -1

Le nombre de referendum lancés par le peuple et sur lesquels il a voté suffit à le montrer : il fut de dix-huit entre 1991 et 1995 et depuis 1999 il n’y en a eu que six.

Cela démontre que les élections fédérales ne servent pas seulement à corriger un peu le cap. Elles indiquent également, pour quatre ans,
une nouvelle direction à notre société et à notre Etat.
Le peuple suisse aura l’occasion, le 19 octobre 2003, de prendre le virage qu’il faut en soutenant le parti radical.
Le parti radical s’engage pour une politique libérale

LE PARTI RADICAL MENT EFFRONTEMENT !!! -2

Le parti radical démocratique suisse lutte en faveur d’une politique fondée sur des valeurs libérales.

LE PARTI RADICAL MENT EFFRONTEMENT !!! -2

Au centre de sa politique, il place le respect des citoyen-ne-s. Il s’engage pour une tolérance et un patriotisme ouverts au monde,
même s’il ne récolte pas immédiatement des lauriers pour cela. Son combat pour ces valeurs dure depuis la fondation
de la Suisse moderne en 1848. Et il continue.

LE PARTI RADICAL MENT EFFRONTEMENT !!! -2

Des événements comme la chute du mur de Berlin en 1989, l’effondrement du socialisme à l’Est, les attentats terroristes du 11 septembre 2002,
les multiples réseaux d’informations et l’ouverture des marchés montrent que le temps changent.
Le parti radical l’accepte car c’est une réalité. Ces changements exigent que l’on prenne des décisions structurantes.
Comme force libérale le parti radical contribue à façonner l’avenir.

LE PARTI RADICAL MENT EFFRONTEMENT !!! -2

Il ne s’agit pas de suivre une mode mais, comme petit pays économiquement fort, d’accepter ces défis en toute souveraineté,
à l’égard de l’extérieur et de l’intérieur. Si nous laissons la majorité aux socialo-conservateurs et aux conservateurs
qui sans cesse repoussent les problèmes, nous risquons des blocages dans l’application des solutions nécessaires.
Les valeurs fondamentales du parti radical
Le parti radical a édicté, en 1990 déjà, un manifeste qui présente les valeurs fondamentales des réflexions politiques et d’action du parti. Celles-ci sont les mêmes aujourd’hui :
1. La dignité de l’être humain.

blabla.

2. La liberté personnelle.

faux. -1

3. La responsabilité à l’égard de l’environnement et du monde à venir.

blabla.

4. Les diversités culturelles et de la société.

blabla.

5. La démocratie vivante et vécue.

blabla.

6. L’économie de marché sociale.

kezaco ? -1

Ces valeurs continuent à guider notre action politique.
Le parti radical présente un programme qui reprend les points forts du modèle suisse et qui en comble les lacunes.
Il s’engage pour que, sur les grandes options de notre pays comme dans les détails, les points de vue libéraux soient appliqués.

LE PARTI RADICAL MENT EFFRONTEMENT !!! -2 le PRD a-t-il la moindre idéé de ce qu'est le libéralisme ? le PRD connaît-il les
auteurs libéraux ? la théorie libérale ? combien de livres libéraux le PRD (enfin quand je dis le PRD, je veux dire ses dirigeants, bien sûr)
a-t-il lus ? mais LA REALITE est là pour montrer leurs mensoges, dans les faits, le RPD n'applique PAS les points de vue libéraux. -2

Ses points forts sont les suivants :
1. Pour le succès économique de la Suisse : le bien-être grâce à la croissance d’une économie de marché sociale

-1

- Aiguiser la concurrence sur les plans interne et externe est une tâche prioritaire de la politique économique.
Il faut renforcer les instruments de lutte contre les abus qu’entraînent des positions dominantes sur les marchés et contre les ententes illicites.

et si le PRD commençait par arrêter de subventionner Swissair ???? -2

- La classe moyenne et les PME forment l’épine dorsale de l’économie suisse. Elles apportent pour l’avenir innovation et croissance.
Il faut faciliter la création de nouvelles entreprises et améliorer les conditions cadre de celles qui existent déjà.

c'est amusant, PRD, PDC et UDC promettent d'aider les PME... or ces trois partis ont une majorité au parlement non ? donc, de toute évidence,
certains d'entre eux mentent... -1

- Le parti radical lutte pour l’assainissement des finances fédérales.

... et la dette, elle est tombée du ciel ?? le PRD, si omniprésent depuis 1848, ne l'a pas vu arriver ? le PRD est un nouveau parti qui vient d'arriver ?? donc, c'est
tout simplement faux. -1

Les revenus extraordinaires doivent impérativement être utilisés pour amortir la dette et les excédents des comptes pour
abaisser les impôts des particuliers et des entreprises. Le frein à l’endettement doit être appliqué dans toute sa rigueur.
Les dépenses de la Confédération ne doivent pas dépasser plus longtemps en pourcentage le taux de croissance de l’économie.

ce qu'on n'a pas fait en 150 ans, on le fera en 4 ans ! promis promis ! -1

- Le parti radical veut ouvrir plus grands les marchés extérieurs en faveur des entreprises suisses.
De nouveaux accords bilatéraux doivent strictement respecter les intérêts du pays. Il faut maintenir et étendre les avantages dont profite la place suisse.
Le parti radical combat, par referendum si nécessaire, tout affaiblissement de ces derniers, comme par exemple la mise en cause éventuelle de la
protection de la sphère privée par une ouverture du secret bancaire.

admettons. +1

- Le parti radical est pour la mobilité. Une société des chances sans liberté de mouvement et sans le libre choix des moyens de
transports n’est pas pensable. Durant ces cinq dernières années et les cinq qui vont suivre, la Confédération a investi et investira
des milliards de francs dans le développement des chemins de fer.

on est libéraux qu'on vous dit ! -1

Le parti radical s’engage aussi pour que soient supprimés les bouchons et que les lacunes du réseau routier soient comblées.

haha. et les limitations de vitesse sur les autouroutes, c'est qui qui les maintient et renforce ? l'UDC peut-être ? -1

- Le parti radical admet qu’il existe une diversité de forme de vie familiale. Elles doivent toutes être traitées de la même manière par le fisc.
Les entreprises sont invitées à faciliter la vie professionnelle et le perfectionnement professionnel de chacun des parents en
encourageant la création de crèches. Le parti radical a l’intention, dans les quatre ans à venir, d’instituer partout en Suisse les horaires continus,
si nécessaire par le biais d’une réglementation fédérale.

tiens, plagié sur le PS. -1

- Le parti radical lutte pour que dans toutes les régions du pays on assure une desserte de prestations de base (poste, télécoms, énergie)
de bonne qualité et à des prix raisonnables. Les marchés susceptibles d’entrer en concurrence doivent être ouverts aux offreurs
particuliers s’ils assurent la desserte de base.

libéralisme qu'on vous disait ! -1

Le parti radical postule l’ouverture immédiate du dernier kilomètre dans les télécommunications, ainsi que l’ouverture des marchés postaux.

et c'est pour ça que le PRD ne l'a toujours pas fait sans doute ? -1

- Le parti radical a organisé à la fin du 19ème siècle l’école primaire obligatoire et fondé ainsi un système de formation exemplaire
allant du jardin d’enfants à la formation professionnelle et universitaire, y compris les hautes écoles spécialisées. Pour rester dans le groupe de pointe sur le plan
Des chances d’efficacité grâce à la formation et recherche international, il faut que nos enfants soient scolarisés plus tôt et plus souplement.
Il y a lieu de prévoir des analyses de qualité des écoles afin d’en améliorer les prestations. L’école doit préparer à la vie sociale.

bof...

- « Ce que petit Jean n’a pas appris, Jean ne l’apprendra jamais ». Le parti radical s’engage en faveur d’un perfectionnement
récurrent durant toute la vie. Il y a lieu en contre-partie de raccourcir la formation primaire. Les chefs d’entreprises responsables incitent aujourd’hui
déjà leurs collaborateurs à se perfectionner. Des incitations fiscales doivent aussi contribuer à ce nécessaire mouvement d’adaptation des travailleurs.
- Le parti radical s’engage pour la liberté de la recherche. Dans les secteurs sensibles, génie génétique ou cellules souche
par exemple, il faut des règles plutôt que des interdictions. C’est en Suisse que les meilleurs savants doivent faire de la recherche.
La recherche fondamentale a besoin de davantage de moyens, de meilleures conditions et de coopérations plus étroites.
La formation et la recherche doivent être réunies en un seul département au niveau fédéral.
- La recherche et le développement permettent d’offrir de nouvelles places de travail dans les technologies de pointe.
Le parti radical veut que cela se réalise dans notre pays. Il faut pour cela favoriser les entreprises concernées de manière ciblée et
éliminer les entraves aux transferts de technologies vers les PME. Ces actions visent l’amélioration du bien-être et la création d’emplois.

blabla.
3. Pour que la santé et la prévoyance sociale restent sûres et finançables : agir maintenant avec circonspection
- Le système de santé publique suisse est de haute qualité mais trop cher.

encore la faute à "ON" sans doute ?? là encore, les faits rattrapent le PRD: il était favorable à la LAMAL, l'UDC était contre ! -2

Le parti radical veut que dans les ordonnances médicales et dans la consommation de prestations médicales,
les économies et la retenue soient récompensées. Il soutient l’abolition de l’obligation de contracter des assurances et le renforcement
de la responsabilité personnelle dans le but d’abroger des mesures telles que le moratoire pour l’établissement des jeunes médecins.
- Si nous ne faisons rien et si l'économie stagne il faudra, pour maintenir les prestations actuelles des assurances sociales, l’équivalent de 8% de TVA dès 2010 déjà.
C’est pourquoi le parti radical s’engage en faveur d’une politique économique susceptible de promouvoir la croissance sans charger par trop la génération actuelle.
Les piliers de la prévoyance qui promeuvent la responsabilité personnelle, comme par exemple le travail volontaire des plus de 65 ans (4ème pilier),
doivent être suffisamment favorisés par le fisc.

4. Pour que la Suisse reste sûre, solide sur le plan interne et consciente d’elle-même sur le plan externe

"consciente d'elle même" la Suisse ? ils vont pas faire dans le national-collectivisme comme le PDC quand même ? -1

- La sécurité nous la voulons tous. Le parti radical veut la garantir quotidiennement aux citoyen-ne-s. Une présence policière visible en forme un moyen.
Les peines, en cas d’atteintes à la vie et à l’intégrité corporelle, doivent être plus sévères.
- Le parti radical veut une armée moderne et solide, capable de protéger correctement la Suisse et de contribuer à la sécurité d
ans les régions en crise et à l’intérieur du pays lorsque nécessaire. Il y a lieu de former un département commun de la sécurité extérieure et intérieure.
- La Suisse oriente sa politique d’immigration en provenance d’Etats non-membres de l’UE sur les intérêts du pays.

tiens, la bonne vieille distinction raciste entre pays de l'UE et pays pas de l'UE, visiblement partagée par tous les partis suisses. -1

Ceux qui apportent du know-how et de hautes qualités professionnelles et qui sont disposés à s’intégrer sans importer de problèmes sont les bienvenus.
Le parti radical préconise donc que l’on mette en place des critères stricts pour apprécier les demandes d’asile et
que l’on soit plus sévère quant aux efforts d’intégration des immigrés. On doit pouvoir attendre de ces derniers, par exemple, qu’ils
apprennent une de nos langues nationales.

plagié sur l'UDC.

- Il faut, bien sûr, accorder refuge à ceux qui sont poursuivis et menacés d’atteintes à leur intégrité corporelle ou à leur vie.
Cela est conforme à la tradition humanitaire de la Suisse. On ne saurait toutefois être tolérant avec ceux qui abusent de leur statut de réfugiés pour
agir de manière criminelle. Les procédures de traitement des demandes et recours doivent être raccourcies et l’application des décisions améliorée.
Il s’agit d’assurer la faculté d’action d’un Etat de droit.
- En politique extérieure, la Suisse doit manifester en priorité sa souveraineté et son indépendance et défendre ses intérêts en conséquence.

et donc sacrifier son indépendance et sa souveraineté en adhérant à l'UE et à l'ONU ? -2

Elle est entourée de pays membres de l’Union européenne. Le parti radical veut poursuivre sur la voie bilatérale. Celle-ci est conforme aux intérêts économiques
et respecte les particularités démocratiques de la Suisse. Il serait illusoire de vouloir faire cavalier seul. Cela dit, l’adhésion à l’UE est aujourd’hui hors de question.

il y a quand même une différence entre le PS et le PRD: le PRD comprend quand il a perdu et reconnaît la volonté populaire. +1

- La Suisse doit également faire valoir ses intérêts au sein de l’ONU et, comme pays neutre, poursuivre sa politique des bons offices

Le parti radical est au service de la Suisse depuis 1848. Il défend ce qui a fait ses preuves et a toujours agit sans jamais perdre des yeux
les principes fondamentaux sur lesquels il s’oriente. Il a fondé cet Etat et l’a piloté pendant 155 ans.

voilà, on y arrive: le PRD a piloté pendant 155 ans l'Etat suisse ! Pourtant, tout ce qui s'est passé en 150 ans (augmentation d'impôts,
augmentation des lois socialistes, etc, etc.) n'est pas de la faute du PRD ! -2

Il veut poursuivre sur cette voie. Il veut que le Conseil fédéral apparaisse solide sur les plans interne et externe. Le Conseil fédéral représente plus
que la juxtaposition de sept chef-fe-s de départements. Pour cela il faut renforcer la position du président-e de la Confédération.
Le parti radical veut un gouvernement fort, des départements mieux distribués : la formation et la recherche doivent être réunis dans un
seul département et les autres tâches et compétences être mieux groupées dans les autres. A cette fin, le Conseil fédéral doit compter
neuf membres, soit deux de plus qu’actuellement.

étatisme ! -2

Le parti radical est une force de propositions. Le système de concordance ne laisse pas place à des coalitions rigides.
Dans chaque affaire, le parti radical marque sa propre position libérale.

LE PARTI RADICAL MENT EFFRONTEMENT !!! -2

Il applique les différents points de son programme avec, le cas échéant, l’appui d’autres forces qui, sur un point déterminé,
sont proches de ses idées. Il doit se renforcer encore de manière à pouvoir mieux s’imposer par lui-même.
Il lui faut pour cela obtenir au moins un quart des sièges et au moins un quart des votes. C’est pourquoi il n’a pas peur de dire qu’il veut être encore plus fort.
La Suisse a besoin de plus de libéralisme radical.

ah, la variante anti-libérale du libéralisme ?

Chères citoyennes et chers citoyens, prenez très au sérieux les prochaines élections fédérales 2003.
Nous voulons ensemble faire avancer notre pays dans la liberté, la tolérance et la responsabilité.
Il s’agit de développer le modèle de notre succès suisse contre les attaques socialo-conservatrices et conservatrices.
Aidez-nous dans cette entreprise. Nous vous en remercions dès à présent.


CONCLUSION

score: +3/-69

quiz: centriste

Hypocrisie, mensonges, incohérence. De fait, si j'avais lu le programme sans connaître la situation suisse,
le score serait bien meilleur, car leur programme n'est de fait que modérement étatiste. Le problème,
c'est que tout le programme n'est qu'un ramassis de mensonges et d'hypocrisie. Hypocrisie principalement
sur deux plans:
1. le PRD se veut le grand parti au pouvoir depuis 155 ans. Ce qui est plus ou moin vrai, vu qu'il est très
représenté au Conseil des Etats. Au Conseil National, il a le PDC comme allié, et si il voulait vraiment
ce qu'il promet comme idées de droite libérale, l'UDC voterait avec eux. Donc, le PRD a le pouvoir.
Pourtant, il promet de faire des choses que, de toute évidence, il aurait largement eu le temps de faire
en 155 ans SI il le voulait vraiment. De plus, il faut un sacré culot pour critiquer l'augmentation des prix
de l'assurance maladie ou les impôts trop élévés tout en en étant entièrement responsable, puisque le
PRD est, comme il le dit lui-même, au pouvoir depuis 155 ans. Un parti ne peut pas à la fois se la jouer
parti gouvernemental au pouvoir, et refuser la responsabilité des décisions du gouvernement !
2. le PRD se prétend libéral, or, le libéralisme est une idéologie quand même assez précise.
même si je prends la définition très large du dictionnaire:
1. Attitude de ceux qui s’attachent en premier lieu à la défense de la démocratie politique et des libertés individuelles des citoyens. Ant. totalitarisme.
donc, la moindre des choses serait de légaliser enfin le cannabis... il est où le libéralisme du PRD là ?

2. Doctrine économique hostile à l’intervention de l’État dans la vie économique et à son contrôle sur les moyens de production. Ant. étatisme.

sur ce plan-là, les faits sont là: Swissair, BCGE, BCV, etc...

3. Attitude qui respecte la liberté d’autrui en matière d’opinion, de conduite, etc. Ant. autoritarisme, intransigeance.

là encore, le PRD était favorable à la loi anti-raciste, donc contre la liberté d'opinion.

Donc, pourquoi se réclamer du libéralisme si d'une part le PRD ne sait pas ce que c'est, et d'autre part il ne l'applique pas ?

points forts:
- aucun

points faibles
-hypocrisie, hypocrisie, et encore hypocrisie




PS (Parti Socialiste Suisse)

source d'orginine:
source utilisee: PSclear.pdf

ca commence tres mal pour eux. leur programme en PDF
est protege contre le copier-coller, ce que aucun autre
parti n'a fait. une attitude de proprietaire egoiste
favorable a la propriete intellectuelle ? voila
qui me semble indigne du PS .
voir le mail que je leur ai envoye.
apres avoir essaye l'OCR, qui marchait certes mais de maniere fastidieuse,
j'ai fini par trouver l'outil adequat, et decrypter le fichier.

-2 pour la stupidite d'un parti politique qui protege son programme contre la citation
-2 car en plus venant d'un parti de gauche, critique de la propriete intellectuelle

le programme a proprement parler, donc.

Le néolibéralisme n’est de loin pas mort.

normal, il n'est jamais né. n'importe quoi -1

Les preuves tangibles d’engagements personnels sont innombrables : des millions d’êtres humains
paient leurs impôts sans tricher, s’acquittent de leur redevance Radio-TV, soutiennent financièrement
un parti ou une association de protection de l’environnement, ne resquillent
pas dans les transports publics, vont voter et se dévouent en faveur de la collectivité.

donc: frauder le fisc c'est mal, payer ses impôts c'est bien. voter, donc imposer son point
de vue a d'autres, c'est bien aussi.
-2

Par exemple, il serait faux de croire qu’à chaque nouveau cabinet médical qui
s’ouvre la santé de la population s’améliore.

ah oui, j'imagine qu'ils veulent justifier ainsi la decision absurde de Ruth Dreyfuss
visant a empecher l'ouverture de nouveaux cabinets medicaux
(voir article)

-3

Toutefois, le PS est actif depuis longtemps dans le domaine de la sécurité publique. Nous
avons pour elle fait davantage par le succès de notre politique de distribution contrôlée
d’héroïne que l’UDC en dix ans de rejet des personnes étrangères.

pro-heroine legale +2 (seulement deux car ils ne souhaitent et qu'une legalisation partielle
et veulent maintenir le controle de l'Etat sur l'heroine, et que de plus l'heroine est financee
par de l'argent vole, ce qui pose probleme aussi)

Depuis des années, le PS réclame une législation plus sévère sur les armes et un meilleur
contrôle de leur commerce.

ce qui est malheusement vrai -3

Les partis de droite ont toujours rejeté nos propositions en la
matière, alors qu’elles auraient rapidement amené plus de sécurité.

ce qui est faux et archi faux. c'est du mensonge volontaire (j'aime surtout le
"rapidement plus de securite".... en angleterre, il a pas fallu bien longtemps apres l'interdiction
des armes pour que la criminalite explose...), -3

Nous avons aussi dénoncé d’autres risques : toutes les centrales nucléaires constituent
un risque grave et permanent. Le 11 septembre 2001 a révélé la fragilité des sociétés
modernes. Abandonner la production d’énergie nucléaire apportera davantage de sécurité
que tout ce que pourrait bien faire l’armée helvétique.

drole de logique. que je sache ya eu qu'un seul Tchernobyl, des invasions militaires y'en a eu des tas.
-1

Ni l’approvisionnement en énergie, ni le service postal, ni les télécommunications, ni la
qualité de l’alimentation, ni les écoles, ni la médecine, ne peuvent être abandonnés au
marché libre.

et la bouffe, la production de bouffe ? c'est pas important la bouffe ? pourquoi abandonner la production
de bouffe, de velos ou d'habits au marche libre si c'est tellement nul ?? incoherence, quand tu nous tiens...
-2

Une politique d'ouverture

haha. -1

L’Union européenne est en train de jeter les bases de l’avenir du continent.

lol, donc sans l'UE l'Europe n'aurait pas d'avenir, en tant que continent ?
-2

L’ouverture à l’est va renforcer la paix,

pourquoi donc ?
-1

L'euro va consolider l'intégration économique

malheureusement oui.

et ouvrir la voie de la croissance et du bien-être.

hahahaha. je me demande si ils y croient eux-memes la. -2

On assiste à la naissance d'une nouvelle entité politique,

et nous au PS, on aime les entites politiques. -2

un contrepoids à la toute puissance des États Unis.

ben voyons. -1

L’Union européenne est mieux placée que la Suisse dans beaucoup de domaines : un taux
de croissance supérieur, des réformes écologiques plus avancées, une monnaie commune
et un coût de la vie plus bas.

drole de phrase. la Suisse aussi a une monnaie commune. -1
sur la comparaison economique, voir le dossier de Blocher.
quant aux reformes ecologiques, si le peuple en voulait vraiment, le PS aurait tres bien
pu les faire avancer par voie d'initiative. c'est donc une volonte de contourner la democratie.
-1

La souverainteté d'un peuple ne peut émerger d'un vide national.

un vide national ? euh c'est quoi ? -1
et ces histoires de souveraineté d'un peuple, ils font dans le nationalisme maintenant ? -2

Si nous voulons une Suisse indépendante...

..adhérons à une UE qui nous fera perdre l'indépendance ! belle logique ! -2

La Suisse a besoin d'un PS fort

collectivisme
-1

dêveloppement des droits individuels et collectifs du travail

tiens, des droits collectifs. -2

GLOBALISATION

1. Radier complètement la dette des pays du tiers-monde qui ont entamé un processus
de démocratisation.

un pays ne peut pas avoir de dette contractuelle, seuls des individus le peuvent. un contrat signe au nom d'un pays n'est donc pas valable.
seuls les politiciens qui empruntent de l'argent en esperant le rembourser avec de l'argent vole sont seuls responsables de leur dette.
L'Etat n'a pas a s'en meler. la position de gauche par rapport au probleme de la dette ne reconnait pas du tout le probleme fondamental
(impots, vol, collectivisme) et adopte une position floue. dans quel cas une dette est elle valide et dans quel cas faut-il l'annuler ? pas
de reponse collectiviste claire a cette question.-1.

2. Augmenter à 0,7% du produit intérieur brut les dépenses publiques pour l’aide au développement
(aujourd’hui seulement 0,34%).

-2

3. Réprimer pénalement la soustraction fiscale

donc, renforcer les pouvoirs de la mafia et les represailles pour non-soumission au racket. -3

4. Réviser l’accord OMC ADPIC (= aspects des droits de la propriété intellectuelle qui
touchent au commerce), de manière à permettre aux pays émergents et en voie de développement
de pouvoir se payer des biens de premières nécessité, même s’ils sont
protégés par des brevets (p. ex. médicaments et semences).

+2. neanmoins, le PS ne va pas assez loin: il ne s'oppose pas a la propriete intellectuelle en tant que telle.
pour preuve leur fichier PDF protege. c'est donc plus de la demagogie tiers-mondiste qu'autre chose.

5. Réviser l’accord OMC sur l’agriculture, de manière à pouvoir d’une part garantir le droit
à l’approvisionnement en denrées alimentaires de chaque État, surtout ceux du Sud,

-2 "droit a"

et, d’autre part, pour interdire les subventions à l’exportation des produits agricoles des
pays du Nord.

+2, voila du liberalisme glisse dans le PS ! je leur aurais volontiers mis trois si c'avait ete
"supprimer toute subvention a l'agriculture". il faut aussi noter leur approche constructiviste:
on parle d'interdire, pas d'abolir.

6. Agir au sein de l’OMC pour faire admettre des standards minimaux en matière sociale
et de protection de l’environnement dans le commerce international.

-2 agir au sein de l'OMC ? pourquoi pas plutot demissionner de l'OMC ?

7. Agir au sein de l’OMC pour faire réviser l’accord sur les prestations de service de manière
à ce que le service public ne privatise pas les secteurs indispensables à la population
(énergie, santé, formation, etc.).

-2

8. Jouer un rôle actif au sein de l’ONU en faveur de la défense des droits humains et au
sein du FMI et de la Banque mondiale pour démocratiser ces institutions.

-2. ces institutions ne doivent pas etre democratisees, mais supprimees. ca meme une partie de la
gauche l'a compris.

9. Introduire une taxe «Tobin» à l’échelle mondiale pour imposer les transactions de devises
et freiner les spéculations monétaires internationales.

-2. (Attac aurait-il infiltre le PS ?)

10. Investir dans des programmes en faveur des femmes et des enfants, qui sont les premières
victimes de la violence, de la globalisation, des guerres et de la pauvreté.

-2

11. Maintenir le principe de base qui veut que la Suisse soit une terre d’accueil, ouverte et
sûre, pour les personnes persécutées politiquement ou fuyant les guerres.

pour le PS, ca veut dire: venez tous, on vous filera de l'argent. -1

POLITIQUE ECONOMIQUE

1. Utiliser en plein les possibilités existantes d’assurer une croissance réelle de 2 à 3%
l’an,

ca sent le keynesianisme. -1

tout en procédant aux réformes écologiques indispensables.
-1

2. Faire baisser, ou à tout le moins stabiliser, la consommation des ressources, grâce à la
croissance économique, dans l’optique d’un vrai développement durable, ce qui est
tout à fait possible eu égard aux progrès techniques. Des exemples concrets démontrent
qu’il sera possible, en l’espace de sept ans, de ramener à 3 lt/100 km. la
consommation de carburant des nouveaux véhicules admis à circuler (moyenne de
flotte), diminuant du même coup par deux la charge de CO2, tout en économisant 2
milliards de francs sur les importations de pétrole.

blabla, rien de concret. -1

4. Rendre plus juste la répartition des richesses de la société, du revenu et de la fortune,

Robin des Bois ? -2

avec pour effet de stabiliser la demande, de garantir le pouvoir d’achat et de promouvoir
la croissance.

keynesianisme. -1

6. Ne pas mettre en péril notre service public, qui constitue un atout concurrentiel important
de notre place économique et qu’on n’a pas le droit de brader par des privatisations
et des déréglementations irréfléchies.

"ON" n'a aucun droit, alors que chaque individu a le droit de conclure librement des contrats.
"on" n'a donc certainement pas le droit de l'en empecher. leur notion de Droit serait a revoir -2

7. Asseoir définitivement notre politique de l’industrie et des technologies pour assurer la
création de plus-values, tout en renforçant les transferts de technologies des universités
et des HES vers l’économie. (encouragement des «spin-off»).

"notre politique" ??? ils parlent de QUI la ? -2

8. Faciliter l’accès au crédit pour les petites et moyennes entreprises (PME), en réactivant
le cautionnement traditionnel des arts et métiers et en réorganisant complètement le
secteur du crédit aux PME.

ce qu'il faut aux PME, c'est des baisses d'impots, pas du blabla. -1

PLEIN EMPLOI

1. Réduire le temps de travail progressivement jusqu’à atteindre le niveau des pays comparables
de l’Union européenne.

... et le taux de chomage des pays comparables, ils le veulent aussi peut-etre ? -2
sans parler du fait qu'une initiative populaire visant a reduire le temps de travail a ete
refusee par plus de deux tiers des suisses... un peu etrange pour un parti
qui se veut democrate d'en avoir rien a faire de la democratie. -1

2. Fixer des salaires minimaux dans la législation pour garantir qu’un emploi à plein
temps couvre les besoins de l’existence ; en attendant la promulgation des bases légales
nécessaires, s’assurer que les entreprises qui n’offrent aucune garantie de salaire
minimum ne reçoivent ni mandat, commande ou subvention des pouvoirs publics.

ici il est utile de rappeller que la Suisse, contrairement aux soi-disant-ultra-liberaux USA,
n'a pas de salaire minimum !!! selon toute logique marxiste, on devrait donc TOUS
etre payes juste de quoi bouffer et c'est tout, alors que les niveaux de salaires en Suisse
sont parmi les plus eleves au monde. tiens-tiens, le marxisme aurait-il tout faux ? niant
la realite, le PS veut cette debilite. -2

3. S’assurer que le volume total du travail soit réparti équitablement entre les sexes, en
recourant à des modèles de temps de travail intelligents.

ben voyons. -2

4. Empêcher la discrimination des personnes salariées travaillant à temps partiel,
s’agissant du revenu aussi bien que des possibilités de promotion, et leur garantir une
protection sociale complète.

ben voyons. -1

5. Ancrer dans la législation l’obligation d’appliquer un plan social financièrement garanti
pour les cas de licenciements.

et le chomage ca sert a quoi ? -1

6. Rendre possible une intégration égale des femmes et des hommes dans l’économie,
par une politique cohérente d’égalité des sexes, ce qui rend service aux femmes autant
qu’à l’économie qui a besoin du potentiel qu’elles représentent.

ce qui veut dire quoi, concretement ? incomprehensible. -2

7. Introduire des mesures actives sur le marché de l’emploi, englobant la formation et le
recyclage, de même que la préparation préventive de programmes d’occupation qui
puissent combattre le chômage et éviter les conséquences des modifications structurelles
qu’imposera la prochaine récession.

c'est a dire ? -1

8. Ne pas baisser le taux de cotisation à l’assurance chômage tant que des réserves suffisantes
n’auront pas été constituées, ne pas raccourcir les délais cadre des personnes
au chômage de longue durée et ne pas supprimer la cotisation de solidarité des hauts
revenus.

-2

9. Exiger de la Confédération, des cantons et des communes qu’ils pratiquent une politique
financière anticyclique.

ah oui, ils pensent sans doute aux mesures du genre de celles de FDR pendant la grande depression
aux USA qui ne font que prolonger la depression ? -2

10. Exiger que la Banque nationale contribue au plein emploi et à la croissance par sa politique
monétaire.

manipulation de la masse monetaire, hmm ? -2

DEMOCRATISATION DE L'ECONOMIE

1. Légiférer pour concrétiser les principes de direction d’une entreprise (« corporate governance
»), pour renforcer les droits des actionnaires minoritaires et pour instaurer
des procédures de contrôle.

-1. intervention etatique dans l'economie.

2. Publier chaque salaire individuel et les prestations annexes comme les options, les
règles de caisses de pension, les indemnités et autres compensations versées par les
entreprises aux membres de leur conseil d’administration, et aménager des possibilités
de rectification pour l’assemblée générale.

-1. intervention etatique dans l'economie.

3. Promulguer une loi fédérale sur les principes d’entreprise qui prévoie une participation
et une codécision du personnel et de leurs syndicats.

-1. intervention etatique dans l'economie.

4. Renforcer l’effet des conventions collectives de travail en prévoyant de leur donner
force obligatoire générale lorsque un tiers des travailleuses et des travailleurs d’une
branche, ainsi que leurs représentantes et représentants syndicaux, le demandent.

haha. ca c'est pas mal. ils parlaient de democratisation de l'economie, donc desormais
la democratie c'est le pouvoir d'une minorite d'un tiers sur une majorite de deux-tiers ?
un peu fasciste comme conception. -2

5. Renforcer la protection contre les licenciements, notamment en prévoyant la nullité
juridique des licenciements abusifs.

-2. intervention etatique dans l'economie.

6. Considérer l’égalité des sexes comme une tâche de direction et promouvoir le « gender
mainstreaming » au rang d’instrument de gestion et de conduite des directions
d’entreprises au plus haut niveau, ce qui implique aussi, par exemple, de rendre des
comptes sur cette question dans chaque rapport d’activité.

-2. intervention etatique dans l'economie.

7. Contrôler mieux les conditions du travail dans les entreprises et augmenter en conséquence
le personnel d’inspection.

-2. intervention etatique dans l'economie.

8. Combattre efficacement le travail au noir, d’une part en légalisant rapidement la situation
des personnes sans-papier selon des critères unifiés et contrôlables, assortis de
mesures systématiques de formation professionnelle et, d’autre part, en sanctionnant
très sévèrement les employeurs qui engagent du personnel au noir.

-1. drole de logique. si les employeurs n'avaient jamais engage ces sans-papiers
au noir (ce que le PS condamne), ils ne seraient pas la (ce que le PS ne condamne pas).
-1 il n'est pas clair non plus ce que le PS propose. si il garantit des subventions a tout le monde,
il y aura une immigration de masse a legaliser. une immigration libre ne peut pas se faire
sans une economie libre.
-2 pour les sanctions aux employeurs.

9. Imposer aux conseils de fondation des caisses de pension d’investir le capital-épargne
dans des entreprises appliquant des standards élevés en matière sociale, écologique
et de démocratique.

-2. intervention etatique dans l'economie.

CONSOMMATION

1. Lutter contre la vie chère en exigeant que le Département fédéral de l’économie
prenne un paquet de mesures pour les quatre prochaines années, dont l’autorisation
des importations parallèles

+2 tiens, le PS en faveur du libre-echange ?

en provenance des pays européens

pourquoi que europeens ? -1

et le renforcement de
la loi sur les cartels.
-1

2. Mieux protéger les locataires contre les résiliations de bail en introduisant l’obligation
pour le bailleur d’apporter la preuve que sa résiliation répond à de justes motifs.

-1

3. Combattre les hausses de loyers courantes en début de bail, lors de changement de
propriétaire ou de rénovations, en introduisant un modèle de fixation des coûts des
loyers.

-1

4. Mettre un terme aux augmentations disproportionnées des loyers en raison de la relation
avec les taux hypothécaires variables.

-1

5. Affirmer le droit des consommateurs et des consommatrices à un approvisionnement
de base de qualité, sûr et bon marché dans les domaines suivants : le service postal,
les télécommunications, l’électricité, l’eau, les soins.

"droit a" -2

6. Garantir le droit des consommateurs et des consommatrices à l’information, à la
transparence et à la participation aux processus politiques.

"droit a" -1

7. Renforcer les législations sur la protection de la santé et contre l’escroquerie, et améliorer
le droit de recours des associations.

pas clair. 0

8. Aligner les droits des consommateurs et consommatrices aux standards de la législation
européenne dans les domaines suivants : sécurité et garantie des produits, déclaration
obligatoire, protection de la personne assurée, protection de l’acquéreur, etc.

-1

9. Pratiquer une politique des denrées alimentaires qui assure la promotion de produits
sains, respectant les principes du développement durable, à des prix modérés.

-1

10. Baisser les prix des médicaments et lutter contre leur gaspillage (dimensions des
emballages) et celui des prestations médicales.

-1

11. Sanctionner sévèrement les cartels, les ententes verticales sur les prix, les positions
dominantes de certains groupes sur le marché.

-1

12. Stopper l’explosion du prix du terrain en prenant des mesures contre l’accaparement
des terrains à bâtir, en faisant acheter des terrains de manière ciblée par les pouvoirs
publics et en imposant les terrains à bâtir non construits.

n'importe quoi. -2. les couts eleves des terrains sont lies a l'offre et la demande. l'offre
est maintenue artificiellement bas par les lois socialistes sur le zoning. a Geneve, la
gauche est entierement responsable de la crise du logement. -2. pretendre regler
un probleme qu'on a cause, voila qui est typique des socialistes. -1

POLITIQUE FAMILIALE

1. Combler enfin le manque d’un congé maternité rétribué.

-1

2. Instaurer des modèles du temps de travail qui favorisent le partage des tâches entre
les sexes, afin que les pères soient pleinement associés aux responsabilités familiales
et à l’éducation des enfants.

-1

3. Consacrer pendant 10 ans au plus 100 millions de francs par année pour que la
Confédération incite financièrement les cantons et les communes à créer des places
d’accueil pour les enfants.

-2

4. Imposer un horaire scolaire continu allant de 8h00 à 15h00, avec repas facultatif à la
cantine de l’école et possibilités de cours à options en fin d’horaire.

-2 "imposer". et nous au PS on aime la violence.

5. Introduire et répandre le congé parental et les congés payés pour soigner son enfant
malade.

0

6. Développer la formation des parents et les conseils aux parents.

-1

7. Remplacer les déductions sociales pour enfants (sur le revenu) par le rabais d’impôt
déduit de montant de l’impôt à payer, de manière à diminuer la charge fiscale des familles
à revenu moyen et bas.

ben voyons. le PS qui veut baisser les impots ? on aura tout vu. hypocrisie, -2

8. Instaurer une rente d’enfant sur le plan national pour remplacer à la fois le cantonalisme
désuet des allocations pour enfants et les déductions sociales sur le revenu pratiquées
par les cantons.

centralisme. -1

9. Instaurer un régime fédéral de prestations complémentaires pour les familles à revenu
faible.

centralisme. -1

10. Abolir les cotisations pour les enfants dans l’assurance-maladie obligatoire.

et qui va les payer ? le PS peut-etre ? -1

11. Affecter davantage de moyens financiers aux programmes d’intégration des enfants de
familles immigrées.

-1. pour qu'un etranger s'integre, bien plus qu'un programme, il lui faut surtout etre dans une classe
de Suisses.

12. Doter les écoles des moyens financiers leur permettant de prévenir la violence de manière
efficace et de mettre en œuvre des stratégies adéquates de gestion des conflits.

un peu blabla. -1

13. Renforcer le travail de prévention auprès des enfants et des jeunes en matière de lutte
contre le tabagisme, l’alcoolisme et la prise de stupéfiants.

-1

14. Prendre des mesures pour sécuriser le chemin de l’école.

-1

1. Remplacer le système antisocial des primes par têtes

...soutenu par le PS et mis en place par une socialiste.... toujours aussi hypocrite, -2

par des primes fixées en fonction du revenu et de la fortune.

... meme si les 2/3 des Suisses sont contre ! -2

Comme première mesure d’urgence : diminuer les primes
d’assurance pour les familles et les petits et moyens revenus.

-1

2. Ne pas réduire le catalogue des prestations de l’assurance-maladie sociale.

-1

3. Appliquer une planification nationale des infrastructures coûteuses de la médecine de
pointe qui mette un terme à l’anarchie créée par les cantons.

houla, une "planification nationale" ca me plait pas -2. et "mettre un terme a l'anarchie" encore
moins ;) -2

4. Créer une caisse fédérale unique et efficace de l’assurance-maladie, qui remplace la
bureaucratie paralysante de la concurrence entre les caisses.

sic. -3

5. Aménager de meilleures conditions de travail pour le personnel soignant, développer
les soins en EMS et améliorer leur financement.

0

6. Abaisser enfin le pri x des médicaments au niveau européen moyen, en encourageant
systématiquement la consommation des médicaments génériques et en autorisant les
importations parallèles.

+2

7. Stopper la spirale actuelle qui voit toujours plus de médecins générer des coûts élevés
sur le dos des personnes assurées en prescrivant des prestations souvent inutiles et
mettre en place les mesures suivantes : généralisation du modèle du médecin de famille,
instauration de réseaux de santé garants de la qualité, introduction de la cartepatient
et du budget global pour les soins ambulatoires.

la ils plagient une partie du programme du lobby des assurances. -2

8. Améliorer la protection des malades chroniques en généralisant l’assurance pour i ndemnité
journalière.

0

POLITIQUE SOCIALE

1. Augmenter les rentes AVS jusqu’à la couverture complète du minimum vital, garantissant
à chacune et chacun de vieillir sans craindre la détresse matérielle.

et comment financer tout ca, mmh ? -2

2. Intégrer à l’assurance du 2e pilier (LPP) les personnes dont les revenus sont bas ou qui
exercent une activité professionnelle à temps partiel.

0

3. Aménager une retraite flexible permettant également aux personnes des catégories de
revenu inférieures et moyennes de profiter d’une retraite anticipée ou progressive.

0

4. Adapter les rentes au renchérissement et aux augmentations de salaires en te rmes
réels de manière à maintenir le pouvoir d’achat.

-1

5. Assurer sur le long terme le financement de l’AVS et de l’AI (assurance-invalidité) et
verser à la caisse de l’AI les excédents de la caisse des APG (allocations pour perte de
gain) ; augmenter la TVA pour financer l’AI ; affecter les bénéfices de la Banque nationale
au financement de l’AVS, ainsi que le demande l’initiative populaire fédérale du
Comité pour la sécurité AVS (COSA), soutenue par le PS

incoherence -2: dans ce cas pourquoi ne pas avoir soutenu l'initiative de l'UDC allant dans ce sens ?

; finalement, en cas de besoin, augmenter la TVA aussi pour financer l’AVS.

augmentation de la TVA (impot pourtant anti-social, n'est-ce pas, encore incoherence) -2

6. Écarter toute discrimination dans l’accès à la formation, au logement et au travail pour
les personnes handicapées, qui doivent en outre bénéficier d’un meilleur accès aux
bâtiments.

quels batiments ? tous les batiments ? si je conduis un resto au sommet d'une montagne
avec un escalier, suis-je oblige de construire un ascenseur ? -1

7. Instaurer une allocation d’accompagnement au bénéfice des personnes handicapées
ayant besoin d’une tierce personne pour les assister, pour qu’il leur soit possible de la
rémunérer.

-1

8. Financer de manière plus efficace les soins à domicile et doter ces services du personnel
qualifié en suffisance ; faire en sorte que les communes puissent proposer et
cofinancer une aide au ménage et des repas à domicile ; favoriser le maintien à domicile
des personnes âgées le plus longtemps possible.

-1

9. Obliger les communes à élaborer des plans de quartiers prévoyant la mixité de
l’habitat, afin que familles et personnes âgées s’y trouvent bien.

-2

10. Promulguer, sur le plan fédéral, des règles claires sur le financement des EMS.

-1

FORMATION

1. Donner à la Confédération la compétence de coordonner les régimes de scolarité des
26 cantons, car la mobilité croissante de la population rend injustifiables les différences
actuelles d’un canton à l’autre.

-2

2. Instaurer l’école enfantine obligatoire dès l’âge de 4 ans dans toute la Suisse.

-2

3. Instaurer un système de bourse unique sur le plan fédéral.

-2

4. Introduire un soutien financier en plus des bourses, pour compenser les coûts croissants
de mobilité que supportent les élèves qui doivent suivre des formations hors de
leur commune de domicile.

-2

5. Rejeter toutes les tentatives de privatiser l’école, car la formation doit rester une tâche
des pouvoirs publics.

-2

6. Diminuer le nombre d’élèves par classe pour améliorer l’égalité des chances.

-2

7. Instaurer des structures scolaires harmonisées avec les exigences familiales (horaire
continu, cantines scolaires, devoirs à l’école en début et fin de journée).

-3

8. Mettre en oeuvre des mesures d’intégration spécifique en faveur des enfants de familles
immigrées, comme les cours de langues, des classes moins nombreuses, des maîtres
et maîtresses d’appui.

0

9. Créer un fonds de la formation professionnelle alimenté par les entreprises qui ne fo rment
pas d’apprenti-e-s (initiative populaire fédérale « Pour des places
d’apprentissage »).

-1

10. Doter la formation professionnelle de plus de moyens fi nanciers et augmenter la part
de l’enseignement général dans le cursus de formation ; introduire une première année
scolaire de base pour les apprentissages dans les professions de haute technologie.

-1

11. Donner corps au projet d’« Université suisse » grâce à une meilleure coordination de la
Confédération ; renforcer la coopération avec l’Union européenne ; renfo rcer aussi la
participation des étudiant-e-s et des asistant-e-s.

-1

12. Susciter plus d’investissements des pouvoirs publics et des entreprises dans la formation
permanente et le recyclage professionnel, pour mieux répondre aux changements
structurels de l’économie.

-1

13. Promouvoir le droit à la formation permanente et développer une offre appropriée tenant
compte de la nécessité d’apprendre sa vie durant.

-1 "droit a"

SECURITE PUBLIQUE

1. Rendre la loi sur les armes plus restrictive en interdisant tout achat sans autorisation et
en reprenant toutes leurs armes personnelles aux militaires en dehors des périodes de
service.

-3

2. Mieux tenir compte des impératifs d’une bonne planification des espaces publics :
l’aménagement des quartiers, des immeubles, des places publiques, des passages
souterrains doit être conçu de manière à ce que tout le monde s’y sente à l’aise.

-1

3. Dépister à temps et accompagner de manière professionnelle les personnes prédisposées
aux actes de violence, surtout parmi les jeunes, et qui sont susceptibles d’agir
contre les autres ou contre elles-mêmes.

-1

4. Prendre des mesures préventives de manière à protéger les femmes et les enfants
contre la violence domestique ; poursuivre pénalement d’office la violence conjugale.

-1

5. Ne pas confier la sécurité publique dans les villes, les quartiers et les villages à des
sociétés ou milices privées, mais conserver cette compétence aux forces de police en
tant que service public.

-3

6. Veiller à ce que les emplois d’agent-e-s de police dans les quartiers et les villages ne
soient jamais vacants, afin de garantir une intervention rapide en cas d’appel ; assurer
une bonne formation des agent-e-s de police de quartier.

0

7. Engager dans les corps de police des personnes issues de minorités culturelles, pour
améliorer les capacités de médiation.

-1

8. Renforcer l’engagement des services sociaux et, en particulier, des dispositifs
d’éducation de rue comme prévention spécifique de la violence des jeunes.

0

9. Prévoir plus de personnel qualifié dans les transports publics, pour leur propre sécurité
et pour celle des usagers.

0

TRANSPORTS

1. Empêcher un second tube au tunnel du Gothard ; maintenir au moins jusqu’à
l’ouverture des nouvelles transversales alpines (NLFA) le système actuel de canalisation
des poids lourds au Gothard, qui assure la sécurité dans le tunnel ; privilégier le
transport régional.

0

2. Accélérer le transfert des marchandises de la route au rail par des investissements
supplémentaires (achat de locomotives, aménagement des voies d’accès, construction
de terminaux supplémentaires pour les transbordements, dans les pays voisins aussi).

-1

3. Développer l’offre de prestations des transports publics : fréquences plus nombreuses
et meilleures correspondances ; le soutien de la Confédération aux transports régionaux
doit être maintenu.

-1

4. Prévoir une participation financière de la Confédération aux frais d’investissement et
d’exploitation des transports publics d’agglomération.

-1

5. Exiger des CFF qu’ils demeurent une entreprise intégrée de transport ferroviaire et
qu’ils renoncent à toute séparation entre les infrastructures et le ur exploitation, selon le
système anglais.

-1

6. Accélérer l’intégration de la Suisse au réseau TGV européen pour offrir une alternative
valable au transport aérien sur les courtes distances.

-1

7. Promouvoir selon les besoins des régions périphériques des modes de transports e n
commun mixtes (partenariat privé/public).

0

8. Améliorer la sécurité routière dans les quartiers d’habitation et sur le chemin de l’école
par des mesures de modération du trafic.

-1

9. Instaurer le système des points qui permet de retirer automatiquement le permis de
conduire aux récidivistes des infractions routières.

-1

10. Intensifier les contrôles des poids lourds pour la sécurité de tous les usagers (temps de
travail et de repos, a lcoolémie, état du véhicule, limites de charge).

0

ENVIRONNEMENT

1. Abandonner la production d’énergie nucléaire et soutenir les deux initiatives populaires
fédérales pendantes sur la question ; (« Moratoire plus » et « Sortir du nucléaire ») ; viser
une production de courant électrique provenant à 100% des énergies renouvelables.

sur le nucleaire, c'est discutable. mais il faudrait laisser le marche decider, comme en Angleterre,
ou apres la privatisation les centrales nucleaires sont dans les chiffres rouges. -1.

2. Instaurer un droit de veto des populations touchées par des projets de stockage de
déchets nucléaires.

ya pas deja ? et pourquoi pas resoudre ca par le droit de propriete ? 0

3. Renoncer immédiatement aux processus particulièrement dangereux de retraitement
du combustible nucléaire.

4. Créer une organisation internationale pour les énergies renouvelables et sortir de
l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

0

5. Promouvoir les énergies renouvelables en accordant aux petits producteurs un prix
couvrant les frais de production et une aide incitative limitée dans le temps.

-1

6. Promouvoir l’agriculture biologique ; lier strictement le versement des paiements directs
dans l’agriculture à des critères écologiques ; insister sur les tâches de
l’agriculture comme partie intégrante d’un développement paysager durable, car sa tâche
ne se borne pas à la production de denrées alimentaires.

si ils veulent bouffer bio, c'est LEUR probleme, pas le mien. mais vouloir faire subir
a d'autres ses propres choix alimentaires, c'est du vol. -1

7. Interdire les denrées alimentaires génétiquement modifiées et exercer des contrôles
stricts.

-1

8. Lutter contre la brevetabilité du vivant ;

contre IP ? +2

9. Mettre en œuvre la loi sur le CO2, surtout par une offensive pour de meilleurs rendements
énergétiques (dans les immeubles, pour les appareils et les voitures) ; mettre en
vigueur la taxe sur le CO2, incitative et neutre du point de vue de la quote-part de l’Etat,
dès qu’il est établi que les mesures spontanées ne parviennent pas à atteindre les objectifs.

-2

10. Intégrer les émissions du trafic aérien dans le bilan CO2 ; s’engager sur le plan international
pour l’imposition du carburant utilisé dans le trafic aérien.

-1

11. Imposer les standards Minergie comme seuil minimal des constructions et prévoir des
moyens financiers pour promouvoir la construction de bâtiments ayant une consommation
d’énergie négative.

-1

12. Protéger le paysage et ménager les réserves de terrain en densifiant les zones déjà
habitées.

-3. alors la c'est le delire. autrement dit, a Geneve, canton-ville, il faudrait garder les 46 %
de surface agricole, juste pour faire joli, et il faudrait raser les villas pour construire des
immeubles tout moches. quel humanisme. encore -3 parce que sans ce genre de debilites
ecofascistes la qualite de vie de la population en general serait bien meilleure.

13. Protéger tout le monde contre le bruit ; réduire le trafic dans les zones habitées ; investir
dans la protection contre le bruit le long des nouvelles lignes ferroviaires.

0

14. Interdire la navigation aérienne de 22h00 à 6h00.

-1

SERVICE PUBLIC

1. Défendre un réseau de distribution d’énergie qui soutienne la promotion des énergies
renouvelables et qui assure un approvisionnement irréprochable, tout en garantissant
le contrôle démocratique de ce domaine.

-1

2. Imposer aux sociétés de distribution d’électricité des quotas minimaux et progressifs de
courant provenant d’énergies renouvelables, en accompagnant la démarche
d’investissements et de programmes de recherche nationaux.

-1

3. Faire en sorte que Swisscom reste majoritairement aux mains de la Confédération, de
manière à pouvoir développer largement ses prestations dans tout le pays ; incorporer
dans le service universel les raccordements à large bande ; installer un réseau de base
entièrement composé de fibre optique.

-2

4. Ne pas libéraliser le service postal, ce qui affaiblirait inévitablement le service universel
; permettre à La Poste de se positionner sur de nouveaux marchés, ce qui est important
aussi pour la place économique suisse ; créer une banque postale en collaboration
avec les banques cantonales et Raiffeisen, de manière à o ffrir une alternative
plus avantageuse aux PME que les offres coûteuses des banques privées.

-2

5. Permettre à la Confédération de jouer le rôle de pionnier dans le secteur des paiements
par téléphonie mobile, grâce à ses deux entreprises La Poste et Swisscom.

-2

6. Protéger le monopole naturel des pouvoirs publics sur les réseaux de distribution de
l’électricité, du gaz et de l’eau ; garantir la propriété publique des infrastructures, même
en cas de mandats de distribution attribués au secteur privé, et assurer la participation
des parlements quant à la détermination des prestations, à la fixation des tarifs et à la
définition du mandat de service public.

"monopole naturel" ??? -2

7. Exiger que le secteur public verse de bons salaires, que les conditions de travail y
soient de qualité et qu’on y crée des places d’apprentissage, de manière aussi à exercer
une influence bénéfique sur les entreprises privées.

lol... je vois pas trop en quoi le fait d'engraisser les fonctionnaires avec de l'argent vole
au prive peut aider le prive... -2

8. S’engager à tous les échelons de notre système fédéraliste pour favoriser une offre
médiatique diversifiée, de manière à satisfaire aux exigences de la démocratie directe,
en renforçant le rôle de SSR «idée suisse» et de ses programmes radiophoniques et
télévisés dans toutes les langues nationales.

-2 n'importe quoi... et je vois pas trop ce que la democratie directe vient faire la-dedans...

PLACE FINANCIERE

1. Faire de la soustraction fiscale un délit pénal, de manière à pouvoir lever le secret bancaire
pour ces cas, ce qui permet alors d’accorder l’entraide administrative et judiciaire
aux États démocratiques qui combattent l’évasion fiscale.

sic. -3

2. Signer avec l’Union euiropéenne , dans le cadre des négociations bilatérales en cours
et moyennant des compensations à déterminer, un accord à long terme sur l’imposition
des intérêts et des dividendes, avec entraide internationale, sur le modèle d’une procédure
d’annonce, accord auquel les places financières extra-européennes doivent
être intégrées.

-2

3. Transférer la tâche de combattre le blanchiment d’argent à un office fédéral de contrôle
disposant de toutes les compétences et permettant de remplacer le système actuel du
contrôle des intermédiaires financiers par des organismes d’autorégulation.

-2

4. Participer effectivement à la lutte contre la corruption et la subornation en relation avec
les règles du commerce internationa l dans le cadre de l’OMC et de la Banque mondiale.

-1

5. Renforcer le régime actuel de surveillance des banques pour que l’État puisse mieux
contrôler la place financière en instaurant une autorité de contrôle des marchés fina nciers,
avec pleine compétence de surveillance et les pouvoirs d’un tribunal administratif.

-2

6. Renforcer le secteur financier communautaire (banques cantonales, banques corporatives,
banque postale) pour faire contrepoids aux banques privées et, avant tout, pour
favoriser le financement des PME.

"communautaire" ? ah oui, c'est vrai que les banques cantonales ca marche si bien... (BCV ?
BCGE ?) -2

7. Renforcer la protection des petits actionnaires.

reste a voir comment. 0

FINANCES ET IMPOTS
1. Stopper la sacro-sainte concurrence fiscale entre les cantons et les communes en opérant
une harmonisation fiscale matérielle sur le plan national.

-3

2. Diminuer la charge fiscale des familles et des revenus bas et moyens.

...ben voyons. on augmente le budget, et on baisse les imptos ? ah oui, mais ca concerne pas
les familles et les hauts revenus... mais kesk ils ont tous contre les celibataires ? je devrais leur
mettre un + pour l'idee, mais le probleme c'est que le PS s'est tjrs oppose a toute baisse
d'impots dans les faits. et vu que leur programme implique une explosion du buget, les impots
ne peuvent pas baisser, globalement. donc -1 pour l'hypocrisie.

3. Ne pas réduire l’imposition des entreprises, mais encourager en lieu et place les transferts
de technologies des universités et des HES vers les PME ; procéder de même
avec les innovations prometteuses.

-1

4. Instaurer un impôt fédéral sur les successions et les donations à partir de un million de
francs et associer les cantons à ces recettes, en proportion du rendement de leurs propres
impôts sur les successions et les donations.

nouvel impot... -2

5. Imposer les gains réalisés sur la vente de participations financières importantes à des
sociétés par actions ou coopératives.

nouvel impot... -2

6. Combler la lacune importante constituée par la déduction des intérêts hypothécaires du
revenu en supprimant cette possibilité, ou du moins en la limitant, tout en abrogeant
parallèlement l’imposition de la valeur locative de son logement (en propriété) ; limiter
le montant du salaire assuré et des versements donnant droit à des déductions fiscales
au titre des versements aux 2e et 3e piliers.

-1 car contre des deductions, +1 car pour la suppression de la valeur locative (mais mefiance...)


EUROPE ET DEMOCRATIE

1. Le Conseil fédéral doit réactiver sans attendre sa demande d’adhésion à l’Union européenne,
de manière à ce que Bruxelles prenne cet objectif stratégique au sérieux et
que nous soyons immédiatement associés aux travaux en cours sur le développement
des institutions européennes.

sic. malgre le fait que plus de 2 suisses sur 3 ont refuse l'adhesion. un tel irrespect de la
democratie vaut bien un -3

2. Assumer pleinement notre responsabilité globale dans et pour l’Europe, et ne pas nous
contenter de profiter de la pacification du continent ; participer au rééquilibrage des
chances dans l’ensemble de l’Europe.

pacification du continent ?? -2

3. Cesser de se mettre au service des fraudeurs du fisc de tous les pays par
l’intermédiaire de notre place financière ; réaliser que la Suisse n’a rien à gagner à vivre
aux dépens des autres, en croyant que tout ira pour elle toujours pour le mieux.

-2

4. Le Conseil fédéral doit mener une politique intérieure de préparation à notre entrée
dans l’UE. Cela implique une adaptation progressive de la TVA au taux moyen européen,

"adaptation progressive", alors qu'il s'agit de DOUBLER le taux de TVA !
-3 pour l'idee, -2 pour la maniere de le presenter

l’abolition des primes par tête antisociales dans l’assurance-maladie ; une réforme
profonde du gouvernement fédéral afin qu’il puisse participer efficacement aux
réunions des instances de l’UE.

comprenez, moins de democratie. -2

5. Renforcer les droits populaires et non pas les affaiblir dans le processus de notre intégration
européenne, ce qui revient à les étendre et à les affiner, par exemple en instaurant
le référendum constructif et la motion populaire pour les affaires de politique internationale.

n'importe quoi mensonger -2

CONCLUSION

score: +12/-286

quiz: socialiste

Mensonges, incohérence, hypocrisie.

points forts:
- opposition, meme si moderee, a la propriete intellectuelle
- favorable, meme si moderement, a la legalisation des drogues

points faibles
- hypocrisie averee
- socialistes
- pro-UE


PLS (Parti Liberal Suisse)

source:http://www.liberal.ch/F/PLS_programm03.pdf

Entre l’attachement stérile à des structures devenues obsolètes et le
développement sauvage du marché,

sauvage ? ils reprennent le discours d'Attac ou quoi ? -1

il y a place pour une économie
libéralisée, dynamique et créatrice de richesses. Seule l'économie de
marché est capable de couvrir les frais d’une société à la fois performante
et solidaire. Il faut donc que celle-ci fonctionne dans les conditions
optimales pour dégager les ressources nécessaires. Le rôle de
l'Etat doit être précisé (sécurité, éducation, santé, justice et solidarité
sociale) et son degré d'implication dans l'économie doit être déterminé
ainsi que les moyens dont il se dote pour assumer sa tâche. L'Etat
fixera donc un cadre à l'activité économique et évitera toutes mesures
de distorsions du marché ("subventions-arrosoir", par exemple). Il
favorisera l’efficacité économique en s'astreignant à débarrasser revoir
la législation en vigueur de toutes ses rigidités inutiles.
L'assainissement des finances publiques est un but incontournable ne
serait-ce que pour motiver et rassurer les investisseurs, ainsi que pour
assurer la pérennité de notre stabilité économique et sociale. Il s’agit
concrètement de limiter l’augmentation des dépenses aux seuls secteurs
ou celles-ci s’avèrent indispensables en fonction de la démographie
(santé, formation, par exemple) ; pour tous les autres secteurs,
l’augmentation des dépenses et des investissements ne peut excéder
la croissance du PIB.

+2

L'avenir de notre économie dépend de sa compétitivité et du choix de
ses créneaux. Ainsi, la part du prix de revient des produits ou services
imputables aux salaires est trop importante. La charge globale des
assurances sociales ne doit pas augmenter et le principe de compensation
d'une assurance à l'autre doit être appliqué.

ne doit pas augmenter, mais doit-elle baisser ? 0

Si nous voulons développer sur notre territoire des industries de pointe,
nous devons être capables de fournir une main d’œuvre très hautement
qualifiée. Nos hautes écoles doivent donc spécifiquement
répondre à ses besoins. L’offre de formation des hautes écoles doit
être variée et les filières scientifiques doivent être mieux valorisées.
Les valeurs helvétiques traditionnelles doivent être développées, mais
elles ne suffisent pas à elles seules.

c'est à dire ?

Dans un environnement international
de plus en plus compétitif, il est impératif de développer dans
la population un état d’esprit de professionnalisme exigeant, de créativité
et d’innovation.
C’est dès l’école que cet état d’esprit doit être développé. Le rapprochement
du monde de l'école avec celui de l'économie, permettra la
création du fameux "bouillon de culture" si profitable à l'innovation, et
la prise de conscience par le corps enseignant du type d’exigences
auxquelles les futurs créateurs seront appelés à répondre.
Enfin, le formidable défi qui nous est adressé appelle un changement
d'état d'esprit fondamental. Il sera d'autant mieux négocié qu'il engendrera
la motivation plutôt que la crainte. Une campagne active dans ce
sens créerait la pensée positive, seule capable de nous aider à progresser.

la penséee positive ? un peu blabla là -1

C’est dans cet état d’esprit et fort de cette volonté de régénération de
l’économie et de développement de la liberté de chaque individu que
le PLS s’engage dans les élections fédérales de 2003.

Il constate que:
? Pour rester en bonne santé, il faut bouger: dans son optique la
meilleure recette pour demeurer jeune, dynamique, la Suisse doit
s’ouvrir davantage à la concurrence.

ok. +1

? Pour pouvoir bouger, il faut éliminer les entraves. L’Etat doit encourager
les potentialités dont dispose encore aujourd’hui la Suisse,
au lieu de les abîmer dans un dédale toujours plus inextricable de
restrictions légales ou administratives.

+2

Pour pouvoir bouger, il faut le vouloir. Celui qui cherche simplement
à faire valoir ses droits ne progresse pas: le PLS encourage
l’esprit d’entreprise au lieu de l’esprit de revendication.
La Suisse est un pays qui doit rester ouvert au monde: les
Libéraux s’identifient pleinement à ce qu’est la Suisse et comme
nos ancêtres, ils se déclarent patriotes et ouverts au monde: la
Suisse n’est pas un Sonderfall et progressera en acceptant de se
situer un contexte international compétitif.

-1

Pour atteindre ces objectifs, les libéraux s’engageront dans 5 domaines:
1. Augmenter la croissance économique

mais comment ?

2. Dynamiser la formation et recherche

dynamiser ?

3. Redimensionner l’Etat au seul service du citoyen

si redimensionner veut dire réduire je veux bien. +1

4. Garantir la sécurité et la qualité de vie

y disent tous ça...

5. Rester ouvert au monde

ce qui veut dire ? -1

Notre croissance stagne. Ce constat alarmant doit faire sortir la classe
politique de sa torpeur dépensière ; il faut fixer des priorités claires,
optimiser l’utilisation de l’argent public et réduire le carcan de règlements
qui étouffe l’esprit d’entreprise.

ok +2

Entre 1990 et 2000, le taux de
croissance du produit intérieur brut suisse (par habitant) est tombé à
0,13%, les économies nationales de la zone euro ont progressé en
moyenne de 1,6%, (Grande-Bretagne 2,3%). De plus, on constate que
la productivité moyenne recule, ce qui signifie que le travailleur suisse,
même s’il travaille plus longtemps que ses voisins, rapporte moins.
? Le ménage de l?Etat est en déficit chronique. Le problème est largement
structurel et pas simplement conjoncturel. En période de
crise économique, c’est de réserves dont on devrait disposer, pas
de propositions de nouveaux impôts ! Au lieu de se contenter de
réformettes et de retouches, il faut imposer une discipline budgétaire
stricte qui passe par une redéfinition claire des priorités de
l’Etat.

+1

? L’Etat dépense trop, augmente la pression fiscale, ajoute des taxes
aux impôts sans diminuer la quote-part fiscale globale. Plus du tiers
du PIB passe dans la quote-part d’Etat. Cette évolution devient
dramatique autant pour les entreprises que pour la pérennité de
nos assurances sociales. Il est indispensable de se fixer un objectif
ambitieux et de tout faire pour que 33% du PIB soit considéré
comme un maximum absolu.

+2

Aucune nouvelle taxe ne doit voir le
jour sans une diminution équivalente de la fiscalité.

mais pourquoi pas "aucune nouvelle taxe ne doit voir le jour" tout court ?

? L’administration fixe trop de règlements tatillons et pointilleux et
n’est pas assez efficace en terme de service aux entreprises et aux
collectivités locales. La législation fédérale et cantonale doit être
revue et allégée pour permettre aux entreprises suisses de rester
concurrentielles.

+1

Tout nouveau règlement doit être accompagné
par une évaluation de son impact financier sur les entreprises et les
collectivités publiques.
La Suisse possède un système commercial largement ouvert sur l’extérieur.
Celui-ci lui offre la possibilité de tirer parti des échanges commerciaux
internationaux et d’une certaine spécialisation à l’échelle
mondiale. La globalisation des échanges et la mondialisation de l’économie
accroissent bien évidemment la compétition à laquelle se livrent
aujourd’hui les places économiques pour s’assurer des facteurs de
production mobiles. Dans ce contexte, la Suisse ne peut assurer durablement
sa prospérité que si elle atteint un niveau de croissance équivalent
ou supérieur à celui de ses voisins européens: à savoir au moins
3% pour les prochaines années. En conséquence, elle doit parvenir à
attirer et à retenir des capitaux ainsi que de la main d’œuvre qualifiée
pour permettre la durabilité de notre système économique et social.
La revitalisation de notre économie passe par une maîtrise des dépenses
de l’Etat, mais également par l’allégement de la législation et par
le développement des infrastructures, afin d’offrir un espace de liberté
et de création large et efficace à l’initiative privée. Pour atteindre cet
objectif, les Libéraux sont persuadés que quatre conditions sont nécessaires.

1) Des finances équilibrées:
La compétitivité de notre système économique et social et le développement
d’un objectif de croissance ne peuvent exister que dans un
environnement financier et fiscal, au sein duquel les dépenses de l’Etat
sont maîtrisées par rapport à l’évolution du produit intérieur brut. Or,
le manque de discipline budgétaire qui a marqué la fin des années
1980 a entraîné une situation difficile pour les finances de la
Confédération. Cette situation s’est détériorée en raison de la baisse
des recettes de l’IFD, des engagements pris en faveur de la compagnie
aérienne Swissair et de Expo.02.

le PLS s'y est-il suffisamment opposé ?

A cela s’ajoute le fait que la croissance
des dépenses est supérieure à la croissance économique prévue.
La tentative d’éliminer les dépenses excédentaires par des rentrées
plus importantes n’est pourtant pas une solution.
Pour améliorer durablement la situation, une action politique claire et
déterminée est désormais nécessaire. Les libéraux ont déjà été à l’origine
d’une intervention parlementaire demandant la révision des lois dépensières.
Des finances saines sont donc une condition indispensable à la stabilité
de la politique monétaire. Cette dernière fournit la base d’une économie
dynamique capable de réduire l’endettement. Aussi, l’assainissement
des comptes de l’Etat doit-il poursuivre deux objectifs: la réduction
du déficit actuel et l’élimination du déficit structurel à moyen terme.
Ces conditions-cadres favorables passent aussi par un équilibre du
budget et la maîtrise du poids de l’intérêt de la dette, d’où par exemple,
en décembre 2001, le soutien des libéraux à l’instauration d’un
frein à l’endettement. Les libéraux sont aussi conscients que le budget
de la Confédération constitue un instrument de redistribution. Les économies
au niveau fédéral signifient très souvent un transfert de charges
vers les cantons. Celui-ci n’est acceptable que s’il s’accompagne
d’un transfert des compétences correspondant vers les cantons, selon
le principe " qui paie, commande ".

chouette principe... faudrait le pousser jusqu'au bout :)

Parallèlement à ces mesures, les
libéraux ont lancé à Berne une initiative parlementaire visant à l’établissement
d’une amnistie fiscale générale. Cette amnistie est une
amnistie générale prévue par la Confédération pour les impôts relevant
de sa compétence en vertu de loi fédérale sur l'impôt fédéral
direct (LIFD), de la loi fédérale sur l'harmonisation des impôts directs
des cantons et des communes (LHID) et de la loi fédérale sur la taxe
d'exemption de l'obligation de servir (LTEO).
2) Moins de taxes, plus d’argent
La quote-part fiscale de l’Etat a crû de manière inacceptable.

+1

On a
enregistré un accroissement très marqué depuis 1990, si bien que la
Confédération a perdu énormément de terrain en comparaison internationale.
La charge fiscale a atteint ses limites. Il est donc impératif
aujourd’hui d’assurer à la fois à notre pays un bon positionnement au
niveau international en ce qui concerne la quote-part fiscale et la
quote-part de l’Etat et de prendre en considération, d’autre part, la
redéfinition claire des tâches de l’Etat, ainsi que son redimensionnement.
Les libéraux soutiendront dans ce sens la réforme de la péréquation
financière et de la répartition des tâches entre la Confédération
et les cantons (RPT).

La fiscalité reste un élément de la compétitivité économique de notre
pays. Elle doit, par conséquent, répondre à des critères. Pour assurer
un objectif de croissance, notre système fiscal doit être conçu pour
renforcer la compétitivité et non pour l’amoindrir. Or, il souffre actuellement
de plusieurs défauts: la forte progressivité de l’impôt direct ou
encore les impositions multiples sur un même substrat fiscal. Ceux-ci
sont un très gros handicap pour la compétitivité de notre place économique.
Le Parti libéral suisse s’engage pour que la fiscalité fédérale, cantonale
et communale soit considérée comme un tout.

hmm, juste avant ils montrent un joli tableau de la quote-part de l'Etat,
mais juste pour la Confédération, sans y inclure les cantons et les communes...
ce qui fait paraître la quote-part moins effrayante qu'elle ne l'est vraiment.

Son poids global
s’est fortement accru aux cours de ces dernières années. Cet alourdissement
doit impérativement cesser. Il s’engage également pour que la
répartition des charges fiscale entre la Confédération, les cantons et les
communes soit le reflet de la répartition des souverainetés entre les
trois autorités: elle est mesure de fédéralisme et doit par conséquent
rester équilibrée. Enfin, pour assurer le financement des tâches étatiques
essentielles, le PLS s’est toujours refusé à envisager l’introduction
de nouveaux impôts et refuse que la TVA se transforme en " selfservice
". Il exige qu’une augmentation éventuelle de celle-ci s’accompagne
obligatoirement d’une diminution proportionnelle de l’IFD.
A défaut de pouvoir être directement supprimé, l’impôt fédéral direct
doit être impérativement ramené à sa seule fonction de solidarité
intercantonale.

+2

Favorables à une baisse de la pression fiscale pour les particuliers, les
libéraux le sont aussi pour les entreprises. Ils ont soutenu le train de
mesures fiscales 2001 au Parlement en ce sens. Ils ont été les seuls à
soutenir unanimement la suppression du droit de timbre et à combattre
l’impôt sur le gain en capital.

+2

Ils s’engagent aujourd’hui pour un
allégement de la fiscalité des entreprises, notamment en améliorant la
fiscalité des stock-options, afin que celle-ci soit incitative.

3) Assurer aux individus et aux entreprises plus de vitalité
et plus de mobilité
Les libéraux s’engagent pour que les entreprises puissent évoluer sur
des marchés beaucoup plus libres et concurrentiels en Suisse et au
niveau international. Il s’agit d’offrir des conditions-cadre favorables et
attrayantes aux entreprises implantées sur notre territoire et à celles
qui souhaitent s’y installer, ainsi qu’un développement des infrastructures.
Ce sont des conditions sine qua non pour que notre pays s’impose
comme un pays qui possède un très fort potentiel de valeur ajoutée
dans les produits qu’il transforme.
 pour une diminution des charges administratives
et le développement du capital-risque
Une économie concurrentielle et performante est une économie
exempte de charges administratives inutiles qui pèsent sur les entreprises.
Les Libéraux constatent depuis longtemps que les charges
administratives que doivent supporter les entreprises sont disproportionnées
par rapport à leur utilité. Les responsables de PME consacrent,
ainsi, plusieurs centaines d'heures par année pour respecter leurs
obligations fiscales, réglementaires (permis de construire, permis de
travail, etc.) et de sécurité sociale. Ces charges administratives découlent
du respect des prescriptions légales. Elles entraînent des pertes de
temps et des coûts financiers supplémentaires pour les entreprises. De
plus, elles sont susceptibles de porter atteinte à leur liberté d'action et
à leur capacité de prendre des décisions. Pour assurer la vitalité de
notre économie, c’est avant tout à elles qu’il faut s’attaquer. Tout
récemment, les libéraux se sont élevés contre la volonté de l’administration
de créer un nouveau certificat de salaire d’une complexité
bureaucratique extrême étendant l'obligation de déclarer aussi bien les
prestations et avantages financiers que les décomptes de frais, sous
prétexte d’affiner la notion de salaire brut.

+1

Pour les libéraux, la vitalité économique passe également par une
meilleure diffusion du capital-risque, seul susceptible de permettre le
développement des entreprises innovantes en Suisse. Il s’agit aussi de
généraliser la distribution et la promotion des options des collaborateurs
à tous les salariés dans la transparence. Les libéraux ont été les
promoteurs de cette idée au Parlement qui fait l’objet aujourd’hui
d’une large consultation fédérale.
 une mobilité efficace
Il s’agit d’offrir à nos entreprises des conditions de transports performantes
en adéquation avec leurs besoins et ceux de la population.
Dans ce contexte, les libéraux ont un credo: mobilité, libre choix et
complémentarité. La mobilité et le libre choix du moyen de transport
conditionnent le développement de l’économie, du tourisme et de la
pratique des activités professionnelles et des loisirs. Les libéraux sont
donc attentifs à la modernisation de nos voies de communication, à la
complémentarité des divers moyens de transports et à une répartition
adéquate des trafics entre eux.

? La complémentarité des transports
Le Parti libéral suisse a toujours fondé sa réflexion politique en matière
de politique des transports sur deux éléments: la sécurité routière
et l’attachement à la complémentarité des transports.
Le transfert de la route vers le rail fait intégralement partie de ses
objectifs. Toutefois, la vision libérale des transports se veut avant tout
réaliste. Or, le transfert de la route vers le rail, malgré un investissement
énorme de la part des citoyens contribuables, ne répond pas aux
besoins actuels, ni aux besoins futurs. La complémentarité des
transports prend donc toute sa dimension: le transport routier est efficace
et pourrait offrir une sécurité maximale, tant des personnes que
de l’environnement.
? La liberté du choix des transports
Les Libéraux se sont opposés aux initiatives qui voulaient restreindre
la mobilité et le libre-choix du moyen de transport. Leurs effets négatifs
touchent plus particulièrement les populations périphériques. Les
libéraux ont donné ainsi leur feu vert à la modification de la loi sur la
sécurité routière, estimant important que la sécurité soit mieux assurée
autant bien sur les grands axes routiers de notre pays, que sur les
petites routes périphériques.

-2

Dans ce contexte, les libéraux ont
appuyé le percement d’un second tube au Gothard qui constituerait
une complémentarité bienvenue au percement des NLFA. Cela répond
à un besoin de sécurité, de fluidité du trafic et à nos engagements pris
au niveau européen. Il est aussi favorable à la construction de trois
voies sur les grands axes autoroutiers suisses.
? Le transport aérien — la crise Swissair
Le transport aérien est vital pour notre pays enclavé au sein du continent
européen. Il doit rester performant et concurrentiel. Les libéraux
ont donc refusé l’accord aérien avec l’Allemagne qui limitait unilatéralement
le nombre de vols vers Kloten. Ils ont soutenu le développement
de l’entreprise Sky Guide pour assurer la sécurité et la qualité du
contrôle aérien civil et militaire.
Les libéraux n’ont pas donné leur aval au plan de restructuration de
Swissair car ils étaient opposés à une intervention massive et directe
de l'Etat dans une compagnie privée.

+1

Ils ont demandé au Conseil fédéral
de soumettre au Parlement un nouveau projet plus modeste et plus
réaliste qui soit économiquement, juridiquement et socialement durable,
ceci en limitant strictement la participation de la Confédération au
capital de la nouvelle compagnie.

plus modeste ? ok, c'est une bonne chose d'être pour un socialisme modéré,
mais c'est PLS, pas PSMS (socialiste modere) -1

 pour des télécommunications performantes
Les télécommunications représentent le principal vecteur d’information
d’aujourd’hui, mais également de demain. La mondialisation de
l’information a permis de diminuer considérablement les distances,
tandis que se créent tous les jours des marchés électroniques accessibles
instantanément à tout un chacun. Les libéraux en sont très conscients:
il s’agit pour eux de déterminer les besoins et de distinguer
entre les infrastructures techniques et leur utilisation. Les Libéraux souhaitent
que leur accès soit facilité. Ils soutiennent donc les efforts
entrepris dans la libéralisation du marché des télécommunications. Le
PLS a plébiscité la volonté de dégroupage du dernier kilomètre pour
assurer une saine concurrence sur le marché des télécommunications,
afin que la Suisse conserve sa compétitivité économique et sociale.

+1

4) Dynamiser le marché du travail et de l’emploi:
Le libre jeu des forces sur le marché du travail est de la plus grande
importance pour le maintien d'une économie compétitive. Les
Libéraux sont persuadés qu’il faut garantir dans notre pays un marché
du travail qui soit favorise le développement et l’épanouissement individuels.
Aux yeux des libéraux, cette garantie passe:
? par une formation scolaire et professionnelle solide qui soit d'un
niveau qualitatif élevé est indispensable. Une formation continue et
complémentaire permanente est également une condition essentielle.
? par une meilleure flexibilité du marché du travail. Cette flexibilité
est très élevée dans notre pays. Il s’agit de la conserver, tout en
favorisant dans le même temps la création d’emplois, la formation
professionnelle en emploi et la création d’instruments permettant
l’adéquation entre les besoins existants et les formations existantes
(accroître l’efficacité des offices régionaux de placement). Cette
dernière mesure a pour objectif de permettre rapidement l’insertion
des demandeurs d’emplois dans le marché du travail.
? par des incitations fiscales qui permettent des conditions susceptibles
d'encourager les entreprises présentes en Suisse à y demeurer
(avec les postes de travail correspondants) et à attirer de nouvelles
firmes.
? par une promotion économique active, menée par l'Etat en collaboration
avec l'économie privée et tendant à mettre en valeur les
atouts de la place helvétique, doit permettre d'attirer de nouvelles
entreprises et d'assurer le maintien de celles qui sont déjà présentes.

menee par l'Etat ? -1

? Par le soutien actif et plus performant du placement de la maind'œuvre,
notamment des offices régionaux de placement.

Les libéraux sont également persuadés que la Suisse continuera d'avoir
besoin de main-d’œuvre étrangère. Dans une économie toujours
plus complexe et active sur le plan international, il est de surcroît
important que les cadres ou les spécialistes, quelle que soit leur nationalité,
puissent être engagés partout selon les besoins, et surtout au
siège de la société. L'absence pratiquement totale de restriction à l'arrivée
de main-d’œuvre étrangère, comme c'est le cas au sein de l'UE,
prend ainsi toujours plus d'importance aux yeux des grandes entreprises
lorsqu'il s'agit de choisir leur lieu d'implantation. Si la place économique
suisse veut rester dans la course, il faut donc prévoir un
meilleur accès de la main-d’œuvre étrangère sur le marché du travail.
Les libéraux l’ont demandé à plusieurs reprises au Parlement.

+1

5) Ethique et responsabilité
Le libéralisme que prône le Parti libéral n’a rien à avoir avec le marché
sauvage.

mais a-t-il a voir avec le liberalisme ? -1

En réalité, le libéralisme est profondément éthique: il postule
des règles du jeu,

oui...

donc des Etats qui fixent ces règles et sont capables

un drole de "donc"

de les faire respecter, notamment par la voie judiciaire. Ces règles,
c’est la bonne foi en affaires, c’est l’interdiction de la tromperie, de
l’escroquerie, de la concurrence déloyale, c’est le respect de la parole
donnée.

en language clair, ca s'appelle interdiction de la fraude. par contre,
qu'est ce que la concurrence deloyale ? la concurrence deloyale c'est
quand un des concurrents est aide par l'Etat, or ca n'a pas l'air de
deranger tant que ca le PLS...

Là où il n’y a pas d’Etat libéral, c’est l’endroit même où la
démocratie ne fonctionne pas, c’est là où l’Etat est faible ou dictatorial.

bizarre...

Là où il n’y a pas d’Etat libéral, il n’y a pas de respect de la morale économique,
il n’y a pas de respect des règles du marché libéral, il y a
scandales, corruption, malversations. Et cela, ce n’est pas libéral, c’est
anti-libéral, c’est l’absence de libéralisme.

ils semblent oublier que Etat liberal est un oxymore: l'Etat est un monopole,
or le liberalisme est pour la concurrence et contre les monopoles, non ?
-1

Les libéraux sont conscients que pour créer des emplois et assurer une
stabilité économique et sociale, il faut redonner aux individus le goût
du risque et de l’entreprise. Celui-ci passe par la formation, la valorisation
du travail et le développement des infrastructures. Le goût du
risque, le désir d’entreprendre doit être consubstantiel à la mise en
évidence d’une éthique indispensable, c’est-à-dire un capitalisme de
cohérence en prise avec une économie de réalité.

un capitalisme de coherence ?????? -1

Cette cohérence
passe par une amélioration de la responsabilité sociale de l’entreprise,
ainsi que par le soutien apporté à l’esprit d’entreprise.

ah oui, un capitalisme de coherence c'est un capitalisme socialiste et
donc incoherent... je comprends mieux. -1

La conviction
des libéraux est claire: une entreprise privée ne peut pas vivre dans la
seule poursuite du profit. Son activité doit être sous-tendue par une
éthique. Il appartient dès lors à ceux qui l’animent de définir, d’incarner
et de faire vivre cette éthique par des valeurs claires. Car les entreprises
jouent un rôle important dans la société et à fortiori dans le processus
économique. Les libéraux ne peuvent concevoir une entreprise
qui connaisse un succès durable sans une conception durable de sa
mission, sans une claire perception du rôle qu’elle doit jouer dans la
société et de la valeur qu’elle ajoute dans le processus économique.
Les libéraux sont persuadés que les deux principales valeurs éthiques
qui doivent être mise en avant peuvent être résumées par deux adjectifs:
responsable et solidaire. Responsabilité et solidarité sont des
valeurs qui doivent être vécues à trois niveaux:
? envers soi-même,
? envers les collaborateurs, les fournisseurs, les actionnaires et les
clients d’une entreprise,
? envers la société en général.

«L'économie se développe ainsi depuis toujours, avec des phases
de développement et des phases de récession avant un nouveau
développement. A nous d'apporter les meilleures solutions pour que
le terreau économique soit fertile, pour que nos entreprises, ces petites
et moyennes entreprises qui créent et maintiennent l'immense
majorité des emplois de ce pays, puissent se développer de la façon
la plus harmonieuse possible.
Le groupe libéral n'a jamais pensé que les investissements de l'Etat
représentent l'engrais dont le monde économique a besoin. Les récessions
sont toujours difficiles à vivre; mais elles sont aussi porteuses
des réorganisations économiques nécessaires - pensons par exemple
à l'explosion récente de la bulle spéculative des nouvelles technologies.
Le groupe libéral n'est pas favorable à ce que l'Etat réagisse de manière
trop active

pourquoi ce trop ? PLS ou PSMS ?

aux récessions, par des actions autres que l'amélioration
et l'adaptation constantes des conditions-cadres aux besoins du terrain
et l'aménagement de la fiscalité la plus favorable possible pour les
entreprises. […] Les conditions fiscales sont évidemment au premier
plan. Il est exclu pour le groupe libéral d'envisager une quelconque
nouvelle hausse d'impôt, y compris de la TVA. Tous les exemples, toutes
les études, toutes les évidences le prouvent: la fiscalité doit être la
plus favorable possible aux entreprises si la relance économique est
vraiment l'objectif. La baisse de la fiscalité des entreprises doit leur
permettre de générer davantage de recettes propres et donc, à
terme, davantage de recettes fiscales.»

? L’école primaire et secondaire forme les enfants pour la vie réelle;
elle ne doit pas s’exclure de la société et de l’économie.
L’apprentissage de l’effort n’est pas contraire à la charte des droits
de l’enfant ! La maîtrise effective des matières indispensables doit
faire l’objet d’évaluations et de corrections si les objectifs ne sont
pas atteints.
? Il est absurde, en 2003, de penser que l’on peut encore acquérir le
savoir de toute une vie entre 20 et 25 ans. Nous avons besoin de
beaucoup plus d’étudiants ayant une formation supérieure de base
solide, susceptible de poursuivre par une formation continue tout
au long de la vie professionnelle. Le développement des HES doit
être renforcé, et l’offre de formation en Bachelors (3 ans) doit être
étoffée. La formation professionnelle est en pleine redéfinition: de
nombreuses professions requièrent des enseignements spécialisés.
Il ne faut toutefois pas abandonner le modèle d’apprentissage
dual qui a largement fait ses preuves.
? La recherche doit être soutenue, en particulier dans les nouvelles
technologies de pointe dans lesquels la Suisse dispose d’atouts
majeurs. Le monde politique doit songer à l’avenir: il doit renoncer
aux dérives émotionnelles et considérer le progrès de manière
objective.

Les libéraux sont persuadés qu’un système de formation de haut
niveau et performant est un atout indispensable et un instrument de
développement économique et social pour notre pays. N’oublions pas
que la seule matière première suisse est la matière grise !
L’enseignement et la recherche insufflent à la place économique suisse
la capacité d’innover. Elle contribue au développement des entreprises
et au maintien des emplois. Il y a donc une nécessité d’accroître
la capacité des hautes écoles et d’améliorer leur caractère concurrentiel
tant en Suisse qu’à l’étranger et de soutenir les chercheurs et
de développer la recherche.

je sais plus quoi mettre parce que c'est pas tres clair. le PLS dit comment
les choses devraient etre, il parle d'encourager et de dynamiser, mais il
ne dit pas clairement si l'Etat doit ou non intervenir dans tel ou tel domaine.

quant a son programme sur l'ecole, c'est bien joli tout ca, mais en attendant
a Geneve le Departement de l'Instruction Publique est en mains liberales et c'est
une catastrophe

leurs recherches à l’étranger. Les Libéraux se sont engagés en faveur
de la recherche scientifique et ils se réjouissent qu’après une trop longue
stagnation les crédits au FNRS aient été augmentés.

-1

sur l'economie, pas mal de raisonnement en termes de "nous", pays, nation.
-2



Le respect de la sphère privée passe aussi par la lutte contre la cybercriminalité
ou criminalité informatique.

faut voir ce qu'on ented par la, mais en general c'est justement une violation
du respect de la sphere privee.-1

Le respect de la sphère privée passe enfin par le respect absolu de la
sphère privée financière, à savoir plus concrètement le secret bancaire.
Celui-ci ne doit être levé que lorsque des poursuites fondées sur
des infractions pénales de droit commun sont l'objet d'une investigation
de l'autorité pénale compétente. Dans ce contexte, toutes les tentations
actuelles de criminaliser l'évasion fiscale doivent être combattues.
Elles traduiraient une dégradation des relations entre l'Etat et les
citoyens et transformeraient rapidement notre pays en Etat policier
dont les modèles à l'étranger sont nombreux. Pour ces raisons, les
libéraux soutiennent le Conseil fédéral dans sa résistance aux pressions
fiscales exercées par nos voisins européens et par une large partie
de la communauté internationale. Les libéraux rejettent catégoriquement
une "internationale des fiscs" qui est contraire aux intérêts de
notre économie et qui serait une grande menace pour la sphère privée
et pour les libertés individuelles.

+2

Un service public performant assurant un service de base au public,
c’est-à-dire accessible au plus grand nombre à un prix modéré, c’est
ce que veut le Parti libéral.

c'est ce que veut aussi le PS. -2


Les libéraux soutiennent la libéralisation économique de certains services
publics, comme les télécommunications par exemple.

pourquoi juste certains ?? +1

Les libéraux ont été favorables à l'adhésion de la Suisse à l'Organisation des
Nations Unies.

malheureusement oui. -2

Ils ont fait de même lors de l'adhésion aux institutions de
Bretton Woods,

-2

ou lors de la création de l'OMC.

-2

Ces institutions internationales
sont un outil indispensable à la politique extérieure de notre pays.

-2

Celle-ci doit lui assurer une place en vue sur la scène politique internationale.
Elle doit renforcer son rôle de médiateur neutre et de partenaires
indispensables dans le dialogue Nord-Sud. En raison de l'expérience et de
la longue tradition de consensus de la Suisse, les libéraux soutiendront un
engagement suisse plus important dans les programmes de rétablissement
de la paix ainsi que dans les médiations internationales: que se soit au sein
des organisations internationales, telles que l'ONU ou l'OSCE, ou bien lors
d'engagements bilatéraux. De ce fait, les libéraux s'engagent pour que la
Suisse développe les outils qui sont à disposition de sa politique étrangère.
Plus elle multipliera les occasions de faire entendre sa position et d'apporter
son concours au développement d'une communauté internationale
basée sur la justice et le respect des règles de droit, meilleure sera sa crédibilité
et la stabilité se son environnement géopolitique.

-2

L'engagement de la Suisse vis-à-vis de l'extérieur passe également par la
formulation d'une politique humanitaire et d'aide au développement cohérente
et efficace. A ce sujet, les libéraux ont depuis longtemps soutenu un
investissement plus important dans ce domaine.

-2

Les libéraux savent que la question d’un rapprochement avec leurs voisins
européens de l’Union européenne est récurrente. Dans ce cadre, ils soutiendront
toujours les nouvelles négociations bilatérales qui sont engagées avec
l’Union européenne et appuieront le Conseil fédéral. Ils ont été les premiers
à vouloir discuter très clairement des avantages d’une éventuelle adhésion de
la Suisse à l’Union européenne pour le développement de notre économie
et la liberté d’action de nos concitoyens. Toutefois, même s’ils sont toujours
convaincus que l’avenir de la Suisse passe par ce chemin

-2

Les libéraux ont toujours été attachés au maintien d’une armée de milice
dans notre pays.

-3

Le maintien de la milice demeure d’ailleurs un élément très important
pour le sentiment de cohésion nationale.

sic. -2


CONLUSION

score: +24/-37

quiz: centriste

Le probleme, c'est que les cantons ou les liberaux sont les plus forts sont aussi
parmi les plus socialistes, et je n'ai pas l'impression qu'ils fassent grand chose contre.

Souvent, on sent un début de raisonnement juste, mais pas poussé jusqu'au bout.
Libéralisme économique modéré donc, et c'est tout. Rien de clair sur les libertés
personnelles. Rien sur la légalisation des drogues. Et des positions étatistes et donc
anti-libérales sur les organisations supra-nationales telles que ONU, OMC, UE.

De plus, le programme est bien joli, mais regardons les faits. Le PLS a par exemple
voté contre la poursuite du programme de distribution d'héroïne. Libéralisme ?

A Genève, deux femmes du PLS sont à l'éxécutif. L'une s'occupait de l'éducation.
Résultat: réforme gauchiste, catastrophe. Elle s'est même opposée aux bons
scolaires ! Libéralisme ?
L'autre s'occupe de la police. Résultat ? Une intensification de la guerre à la drogue.
Libéralisme ?


points forts:
- libéralisme économique, même si modéré

points faibles
- soutien à l'OMC, l'ONU, l'UE
- au niveau des faits, pas vraiment de libéralisme




Les Verts (Parti Ecologiste Suisse)

Thèmes pour l’année électorale 2003
Nous déclarons qu’il n’existe pas de justice sociale sans justice écologique et qu’il n’y a pas de justice écologique sans justice sociale.
(Charta Global Greens, Canberra 2001)

Les Verts — écologiquement cohérents, socialement engagés, globalement solidaires
1. Les Verts - le parti qui s'engage pour des conditions de vie saines et un avenir respectueux de l'environnement
La protection des conditions de vie et la promotion de la qualité de vie pour tous est la base de notre engagement politique.
Nous nous engageons pour une croissance économique et technologique adaptée au principe du développement durable afin que nous puissions,
ainsi que les générations futures, vivre dans un environnement sain. L’année électorale 2003 verra les thèmes suivants être au centre de nos préoccupations:

Une agriculture et alimentation exempte d’OGM
Un abandon du nucléaire et une orientation vers les énergies renouvelables
Une mobilité respectant l’homme et l’environnement
La protection du climat

blabla ecolo -1,-1,-1,-1

2. Les Verts - le parti qui s'engage pour la justice sociale et une meilleure participation sociale

qu'est-ce qu'une "participation sociale" ? -1

Chaque être humain a le droit de décider de sa vie, de la vivre dans la dignité et dans un environnement sain.

l'un ou l'autre ? posée comme ça, la phrase fait un peu "chacun a le droit de choisir ce que nous on choisit". -1

Nous nous engageons pour une redistribution équitable des biens et pour des chances de vie égales pour tous.

ben voyons. -2

L’année électorale 2003 verra les thèmes suivants être au centre de nos préoccupations:

Une égalité effective entre femmes et hommes

-2

Un système de santé sûr et finançable pour tous

-2

Un modèle de formation accessible à tous et encourageant l’égalité des chances

-2

Une redistribution du travail et de la richesse

-2

Une cohabitation des Etrangers et des Suisses dans le respect mutuel

blabla... qui serait-contre ? 0

3. Les Verts - le parti qui s’engage pour la justice et la solidarité dans le monde
Le droit aux mêmes chances de vie est aussi valable pour tous les habitants du monde.

"droit à" -1

Nous nous engageons pour un nouvel ordre économique mondial et la fin de l’exploitation

Marx ? -2

et de la guerre qui ne servent que l’intérêt des pays industrialisés.

collectivisme: un pays n'a pas d'intérêt. de plus, la guerre en Iraq, par exemple, coûtera une fortune aux contribuables américains, donc,
ne sert pas l'intérêt des USA si on le définit comme l'intérêt de la majorité des américains.

L’année électorale 2003 verra les thèmes suivants être au centre de nos préoccupations:

Une véritable politique de paix et le refus de la guerre

-1

Un règlement pacifiste de tous les conflits

ben voyons. -1

Une coopération au développement plus généreuse

ben voyons -2

Un renforcement des forums sociaux et un soutien accru aux mouvements altermondialistes

kof kof. -2

CONCLUSION

score: -24

quiz: socialiste

programme un peu maigre pour se faire une vraie idée.

points forts:
- aucun
points faibles
- écolo-étatisme
- socialisme